NOUVELLES
11/01/2014 09:30 EST | Actualisé 13/03/2014 05:12 EDT

Tour d'Espagne 2014: temps forts prévisibles

Le Tour d'Espagne 2014, dont le parcours a été dévoilé samedi à Cadix (Andalousie), devrait s'articuler autour de plusieurs temps forts, dont voici les principaux:

. 1re étape, Jerez - Jerez, 12 km (contre-la-montre par équipes): ce "chrono" par équipes autour de Jerez de la Frontera, exercice toujours délicat, peut pénaliser d'entrée des candidats au podium final en les contraignant à une course à handicap. Pour les principaux leaders, disposer d'équipiers rouleurs permettrait de prendre un ascendant d'entrée sur la concurrence, mais ce type de coureurs puissants sera ensuite à la peine dans une Vuelta assez accidentée. Il faudra doser savamment les effectifs.

. 6e étape, Benalmadena - Cumbres Verdes/La Zubia, 157 km: première grande arrivée en altitude, les Cumbres Verdes (1.220 m) interviendront au bout de seulement six jours d'une course probablement très nerveuse sur les routes andalouses. L'ascension finale n'est pas longue, mais certains passages à 13%, conjugués à la chaleur du sud de l'Espagne, peuvent faire des dégâts.

. 9e étape, Carboneras de Guadazaon - Aramon Valdelinares, 181 km: une ascension classique de la Vuelta jusqu'à la station de ski de Valdelinares, qui fera suite à deux autres cols. L'occasion de frapper un grand coup à la veille de la première journée de repos.

. 10e étape, Monasterio de Veruela - Borja, 34,5 km (contre-la-montre individuel): ce premier contre-la-montre est assez court et présente une côte de 3e catégorie, ce qui devrait ne pas trop pénaliser les purs grimpeurs. Mais le profil est assez similaire au "chrono" de Tarazona l'an dernier, remporté par le rouleur suisse Fabian Cancellara.

. 14e étape (Santander - La Camperona, 199 km), 15e étape (Oviedo - Lacs de Covadonga, 149 km) et 16e étape (San Martin del Rey Aurelio - La Farrapona, 158 km): en trois jours, trois arrivées au sommet! Ce triptyque montagnard dans le nord de la péninsule débutera par une ascension inédite jusqu'à La Camperona (1.595 m), puis passera le lendemain par la toujours spectaculaire montée vers les Lacs de Covadonga (1.120 m), où le Français Laurent Jalabert s'est imposé deux fois (1994, 1996). Enfin, "l'"étape-reine" de cette Vuelta comptera cinq difficultés de 1re catégorie, dont une ultime rampe jusqu'à La Farrapona (1.715 m).

. 20e étape, Santo Estevo de Ribas de Sil - Col d'Ancares, 163 km (montagne): le redoutable col d'Ancares, en Galice, devrait être le "juge de paix" de ces trois semaines de course. Ses routes étroites et pentues n'ont "rien à envier à l'Angliru" selon Pedro Delgado, deux fois vainqueur de la Vuelta (1985, 1989) et du Tour de France 1988. A la veille de l'arrivée à Compostelle, seuls les coureurs les plus frais y résisteront.

. 21e et dernière étape, Saint-Jacques de Compostelle - Saint-Jacques de Compostelle, 10 km (contre-la-montre individuel): pour conclure, les organisateurs ont choisi d'évacuer la traditionnelle parade du dernier jour de course dans les rues de Madrid, pour la remplacer par un court "chrono" où toute chute ou incident mécanique pourrait bouleverser la hiérarchie. Dans une dernière semaine sans "journée de transition", les coureurs devront aller jusqu'au bout de leurs forces.

jed/gv