NOUVELLES
11/01/2014 07:14 EST | Actualisé 13/03/2014 05:12 EDT

Prestations sociales: le parti de Merkel s'en prend vivement à l'UE

Des responsables de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) de la chancelière Angela Merkel s'en sont vivement pris samedi à la commission européenne qui a critiqué l'Allemagne pour ne pas accorder suffisamment de prestations sociales à ses étrangers ressortissants de l'UE.

La position de la commission européenne est "complètement inacceptable", a jugé le dirigeant du groupe parlementaire CDU, l'influent Volker Kauder, dans le quotidien Bild.

"Si son point de vue venait à s'imposer, il y aurait probablement un afflux considérable de personnes qui viendraient en Allemagne uniquement pour toucher les prestations Hartz IV", le revenu minimal allemand versé par l'Etat, a-t-il ajouté.

Ceci n'a jamais été l'objectif de la libre circulation des citoyens dans l'UE, selon le responsable politique. "La commission européenne semble une nouvelle fois ne pas réfléchir aux conséquences de ses positions", a-t-il indiqué.

La Commission européenne a estimé dans une prise de position auprès de la Cour européenne de justice que l'Allemagne ne devait pas systématiquement refuser de verser des aides aux étrangers venus de l'UE qui arrivent sans emploi en Allemagne.

L'information, révélée vendredi par le quotidien Süddeutsche Zeitung, a suscité de vives réactions. Des conservateurs bavarois avaient réclamé avec virulence ces dernières semaines un tour de vis contre les étrangers abusant du système social allemand.

Une porte-parole de la Commission a assuré que Bruxelles ne voulait pas contraindre Berlin à verser des prestations sociales aux étrangers de l'UE.

"Je dis clairement que les insinuations et reproches selon lesquels la Commission européenne veut contraindre l'Allemagne à verser des prestations sociales à tous les citoyens de l'UE sans emploi en Allemagne sont complètement fausses", a-t-elle souligné vendredi.

Le vice-président de la CDU, Armin Laschet, a également critiqué Bruxelles avec force. Il existe un principe européen selon lequel seuls ceux qui ont cotisé ont le droit à des prestations. "Nous devons maintenir ce principe sinon chacun pourra se chercher le système social qui soit le plus avantageux pour lui", a-t-il fait valoir dans la "Süddeutsche Zeitung".

En Allemagne, les étrangers sans emploi ressortissants d'un pays membre de l'UE n'ont pas le droit de toucher l'allocation Hartz IV, le revenu minimal perçu par exemple par les chômeurs de longue durée, durant les trois premiers mois de leur séjour.

yap/jh