NOUVELLES
11/01/2014 05:06 EST | Actualisé 13/03/2014 05:12 EDT

L'Indonésie obligera la transformation du minerai brut dès dimanche

JAKARTA, Indonésie - Une loi indonésienne interdisant l'exportation du minerai brut est entrée en vigueur dimanche.

Le ministre de la Coordination économique Hatta Rajasa a affirmé que cette interdiction visait à faire augmenter la valeur des exportations de minerai en forçant sa transformation en Indonésie, et ainsi créer davantage d'emplois.

L'annonce de l'entrée en vigueur de la loi a été publiée tard, samedi, à la suite de plusieurs jours d'intenses négociations impliquant des responsables gouvernementaux, des entrepreneurs et des experts afin de déterminer des méthodes pour minimiser l'impact de l'interdiction.

Le ministre Rajasa n'a pas fait état d'exceptions à la loi, mais a précisé que la décision tenait compte de craintes concernant la nécessité d'éviter de nombreuses mises à pied, de promouvoir le développement économique régional, et de permettre aux minières locales de poursuivre leurs activités. Il a ajouté que certains règlements seraient publiés par des ministères liés quant à la mise en place de l'interdiction.

Celle-ci découle d'une Loi sur les mines adoptée en 2009 par le Parlement, loi qui comprenait un article stipulant que le minerai devrait être traité par des usines en Indonésie à partir du 12 janvier 2014.

Des entreprises minières ont fait savoir qu'elles devraient congédier des milliers d'employés si la loi était adoptée sans exemptions.

Selon le ministre des Mines et de l'Énergie, Jero Wacik, plusieurs ministères publieront bientôt des normes réglementaires détaillant l'application de l'interdiction, y compris les taux de taxation des exportations.

Le ministère a proposé une exemption de trois ans qui permettrait aux entreprises d'exporter du minerai brut jusqu'en 2017, à condition qu'elles s'engagent à construire leurs installations en Indonésie. Cette exemption visait à empêcher que des centaines de petites entreprises minières ne fassent faillite.

Le gouvernement estime que l'interdiction réduira les revenus nationaux d'environ 833 millions $ US cette année en raison du déclin des taxes à l'exportation et des royautés.