NOUVELLES
11/01/2014 02:44 EST | Actualisé 13/03/2014 05:12 EDT

Irak: les combats contre les insurgés ont fait au moins 60 morts et 300 blessés

BAGDAD - Des combats entre les forces de sécurité irakiennes et des militants à al-Qaïda dans la province à majorité sunnite d'Al-Anbar ont fait au moins 60 morts au cours des deux dernières semaines, a confirmé samedi un responsable.

Le chef du directorat de la Santé d'Anbar, Khudeir Shalal, a indiqué que 43 personnes avaient perdu la vie dans la ville de Ramadi, tandis que 17 autres ont été tuées à Fallouja depuis l'éclatement des violences après l'arrestation, le 28 décembre, d'un avocat sunnite recherché pour terrorisme et le démantèlement d'un camp de protestataires sunnites à Ramadi.

Au dire de M. Shalal, 297 personnes ont été blessées dans les deux villes. Il est cependant impossible d'établir un bilan des combattants et des civils tués. Les morts et blessés des forces irakiennes ne sont pas inclus dans le bilan.

Au moins 50 civils et militants ont été tuées dans le cadre des opérations militaires en cours dans l'Anbar depuis deux semaines, selon un décompte de l'Associated Press.

Des observateurs internationaux ont mis en garde contre des pénuries de nourriture, de carburant et d'autres produits de première nécessité, et ce particulièrement à Fallouja. Certaines données des Nations unies révèlent que plus de 11 000 familles ont été déplacées par les combats.

Les forces de sécurité irakiennes, alliées à des tribus sunnites alliées, combattent des rebelles pour reprendre le contrôle des villes, conquises en partie par des combattants issus d'un groupe lié à al-Qaïda, l'État islamique d'Irak et du Levant.

Les membres d'al-Qaïda, déjà impliqués dans la guerre civile en Syrie voisine, ont tenté de se positionner comme les champions des sunnites contre le gouvernement dirigé par des chiites, bien que d'importantes tribus sunnites à Anbar et ailleurs s'opposent à l'idéologie extrémiste du groupe et luttent contre elle.