NOUVELLES
11/01/2014 11:18 EST | Actualisé 13/03/2014 05:12 EDT

Emeutes de 2011: manifestation à Londres pour réclamer justice après une mort controversée

Des centaines de personnes se sont réunies samedi devant un commissariat de Londres pour réclamer "justice" après la mort d'un jeune homme tué par la police en 2011, une affaire dans laquelle l'enquête a conclu cette semaine que les policiers avaient agi légalement.

La mort de Mark Duggan, le 4 août 2011 à Tottenham, un quartier multiethnique du nord de Londres, avait déclenché quatre nuits d'émeutes et de pillages dans le pays, qui avaient fait cinq morts.

"Pas de justice, pas de paix", ont scandé samedi les manifestants devant le commissariat de Tottenham, où la présence policière était très discrète.

Parmi les panneaux brandis dans la foule, on pouvait lire "Justice pour Mark Duggan, non à la violence policière" .

La famille de la victime a réitéré ses appels au calme, sur fond de musique reggae et hip hop. "Montrons à ce pays que nous ne sommes pas cette famille de gangsters que les médias ont décrite de façon systématique. Mark n'était pas un gangster", a lancé la tante de Mark Duggan, Carole Duggan, en s'adressant aux manifestants.

"Plus nous sommes unis, plus on a de chances d'offrir une vie meilleure à nos enfants, à tous ces enfants qui doivent vivre dans ces quartiers où la police est trop présente et où ils ne sont pas libres. Ils n'ont pas la même liberté que les enfants d'autres régions de ce pays, ce n'est pas juste", a-t-elle ajouté.

Quelques heures avant la manifestation, la police avait mis en garde contre d'éventuels dérapages. "Nous avons reçu des informations selon lesquelles un petit nombre de personnes a exprimé le désir d'utiliser ce rassemblement" pour causer des troubles, avait prévenu Scotland Yard, qui avait placé en stand by des policiers supplémentaires.

La manifestation se dispersait cependant dans le calme samedi après-midi, a constaté un journaliste de l'AFP.

Elle était organisée après que la justice britannique eut conclu mercredi que la police avait agi "dans son droit" en tuant Mark Duggan, un métis connu des services de police qui n'était pas armé au moment des faits. A l'annonce de cette décision, sa famille avait dit sa colère, affirmant que ce père de famille de 29 ans avait été "exécuté".

bed-rjm/plh