NOUVELLES
11/01/2014 09:16 EST | Actualisé 13/03/2014 05:12 EDT

Afrique du Sud: pour les élections générales, Zuma promet de lutter contre la corruption et la pauvreté

Le président sud-africain Jacob Zuma s'est engagé samedi à combattre la corruption, la pauvreté et les inégalités, au lancement de la campagne pour les élections générales du deuxième trimestre dans le stade de Mbombela, dans l'est du pays.

"Le gouvernement dirigé par l'ANC reste très clair sur le fait que la corruption doit être combattue partout et sous toutes ses formes", a-t-il déclaré.

"Nous devons continuer à travailler avec tous les secteurs de la société et toutes nos agences de lutte contre la corruption", a-t-il poursuivi.

L'ANC est confrontée à un haut degré de corruption depuis son arrivée au pouvoir, il y a 20 ans, tout comme à une pauvreté persistante et une hausse des inégalités.

"Nous sommes convaincus que l'ANC travaillera (...) à éradiquer la pauvreté dans les zones rurales. (...) C'est pourquoi nous avons placé les réformes économiques au coeur de notre action pour les cinq prochaines années", a annoncé le président.

Il a également averti que tout responsable de l'ANC reconnu coupable de corruption devra quitter ses fonctions au sein du parti.

Le taux de chômage officiel dans le pays s'élève à 24,7%, bien qu'il soit considéré comme bien plus élevé en réalité.

Le président a aussi exposé une réforme agraire qui permettra une compensation plus "juste et équitable", respectant la Constitution.

Des dizaines de milliers de partisans du parti au pouvoir en Afrique du sud, le Congrès national africain (ANC), étaient réunis samedi au stade de Mbombela, dans la province de Mpumalanga, dans l'Est du pays.

Chantant et dansant, les militants étaient vêtus du tee-shirt jaune de l'ANC et remplissaient ce stade de 43.500 places.

La réunion commémorait aussi les 102 ans de l'ANC, le plus vieux mouvement de libération africain.

Les militants entonnaient des slogans soutenant Jacob Zuma, leur dirigeant et président du pays, hué le mois dernier devant des dizaines de dirigeants du monde entier durant la cérémonie officielle en hommage à Nelson Mandela, héros de la lutte anti-apartheid mort le 5 décembre.

Le président Zuma avait déjà promis vendredi soir des mesures "audacieuses" et "déterminantes" pour améliorer la vie des Sud-Africains, cherchant ainsi à renouer avec son électorat de plus en plus déçu par la pauvreté persistante, la corruption et le chômage.

Les élections générales du deuxième trimestre 2014 marqueront les 20 ans de la fin de l'apartheid.

Certains des alliés du président Zuma critiquent comme "néo-libéral" le contenu du programme de son parti.

L'ANC, malgré sa baisse de popularité, devrait remporter sans problème les élections. M. Zuma avait mercredi appelé à voter pour que l'ANC reste "pour toujours" au pouvoir.

Parmi les concurrents de l'ANC pour ces élections figure le jeune tribun Julius Malema, chassé de l'ANC en 2012 pour indiscipline et qui a lancé un nouveau parti en juillet, les "Combattants de la liberté économique" (Economic Freedom Fighters, EFF).

Dans le stade, quelques militants de ANC brandissaient un petit cercueil portant l'inscription "Repose en paix Juju" (Malema).

sn/sk/aub/mba