NOUVELLES
10/01/2014 08:36 EST | Actualisé 12/03/2014 05:12 EDT

Une explosion contrôlée est déclenchée sur le convoi qui a déraillé au N.-B.

PLASTER ROCK, N.-B. - Une immense boule de feu a été aperçue et un bruit d'explosion s'est fait entendre sur les lieux du déraillement de train au Nouveau-Brunswick, vendredi, alors que les autorités ont eu recours à une explosion contrôlée pour percer des trous dans trois wagons-citernes.

Le porte-parole du Canadien National Jim Feeny a fait état de la procédure appelée «neutralisation par combustion».

La combustion contrôlée a été utilisée sur deux wagons-citernes transportant des gaz de pétrole liquéfié qui brûlaient toujours vendredi, et un troisième contenant encore ces gaz mais qui était jusque-là épargné par les flammes.

M. Feeny a expliqué que des petits engins explosifs sont placés sur les wagons-citernes afin de percer des trous, ce qui relâche vapeur et gaz qui peuvent alors se consumer.

«Les indications sont que l'opération s'est déroulée tel que prévu, mais cela est basé sur une inspection par hélicoptère», a dit M. Feeny après l'explosion contrôlée, réalisée par la société ferroviaire et une équipe de la Louisiane spécialisée dans le nettoyage de citernes après un tel déraillement.

Le porte-parole a mentionné que des équipes au sol devaient attendre le refroidissement des installations avant de s'approcher pour déterminer si tout le gaz de pétrole liquéfié s'est consumé.

Il a précisé que la volonté principale de cette opération était de permettre aux travailleurs de déplacer les wagons de manière sécuritaire. Le même type d'explosion contrôlée avait été utilisé à la suite d'un déraillement de train du CN à Gainford, en Alberta, en octobre.

Certains wagons-citernes qui ont déraillé du train de marchandises du CN brûlent depuis mardi soir à Wapske, près de Plaster Rock.

M. Feeny a affirmé que les incendies émanant de la combustion du carburant diesel d'une locomotive qui a déraillé et d'un wagon-citerne rempli de pétrole brut ont été éteints.

Une évacuation du secteur a touché environ 150 personnes depuis le déraillement de 19 wagons, et on ignore quand les résidants pourront regagner leur domicile.

M. Feeny avait mentionné précédemment que des équipes avaient travaillé durant la nuit pour déplacer six wagons afin de permettre aux pompiers de se rapprocher du foyer de l'incendie.

Les enquêteurs du Bureau de la sécurité des transports du Canada ont constaté que la roue d'un wagon était fissurée et qu'un rail était brisé sur les lieux du déraillement du train composé de 122 wagons.

M. Feeny a soutenu que le CN paiera les coûts du nettoyage et compensera ceux dont les propriétés ont été endommagées.