NOUVELLES
10/01/2014 05:34 EST | Actualisé 12/03/2014 05:12 EDT

Les Vénézuéliens rendent un dernier hommage à une actrice assassinée

CARACAS, Venezuela - Des centaines de Vénézuéliens ont rendu un dernier hommage, vendredi, à une actrice populaire dont le meurtre, sous les yeux de sa fille de 5 ans, a relancé le débat sur la criminalité rampante dans le pays.

Monica Spear, élue Miss Venezuela en 2004, et son ex-mari, Thomas Henry Berry, ont été abattus par balle lundi soir alors qu'ils tentaient apparemment de résister à une tentative de vol après que leur véhicule est tombé en panne sur une partie isolée d'une autoroute.

Des artistes et des proches de l'actrice, dont certains tenaient sa photo, ont formé de longues files pour lui dire adieu lors de ses funérailles à Caracas. La soeur de Monica Spear a lancé des fleurs aux admirateurs venus lui rendre hommage.

Même si les autorités ont rapidement arrêté plusieurs suspects, le meurtre a braqué les projecteurs sur le président Nicolas Maduro et sur l'incapacité de son gouvernement à faire diminuer les crimes violents, qui ont monté en flèche durant les 14 années de régime socialiste au Venezuela.

Jusqu'à maintenant, la stratégie de M. Maduro a été de tendre la main à l'opposition, qu'il a l'habitude de tourner en dérision, et de solliciter les propositions en vue de créer un front uni pour combattre le crime.

David Smilde, un analyste qui étudie la sécurité publique au Venezuela pour le groupe de réflexion Washington Office on Latin America, estime que M. Maduro tente peut-être de tirer avantage de la colère de la population pour abandonner le projet de police civile lancé par l'ancien président Hugo Chavez, souhaitant plutôt élargir le rôle de l'armée dans la surveillance des rues du pays.

Le Venezuela a l'un des taux d'homicides les plus élevés au monde. On recense plus de meurtres par jour au Venezuela qu'en Irak, dont la population est à peu près équivalente.

L'Observatoire vénézuélien de la violence, une organisation sans but lucratif, estime que plus de 24 000 personnes ont été tuées à travers le pays en 2013, ce qui porte le taux d'homicide à 79 pour 100 000 habitants. Le gouvernement conteste toutefois ces chiffres, affirmant que le taux d'homicides a baissé à 39 pour 100 000 l'an dernier.