NOUVELLES
10/01/2014 10:21 EST | Actualisé 12/03/2014 05:12 EDT

Les jihadistes de l'attaque de Benghazi sur la liste "terroriste" américaine

Les Etats-Unis ont inscrit vendredi sur leur liste noire "terroriste" le groupe jihadiste libyen Ansar Asharia accusé d'avoir perpétré l'attaque armée du 11 septembre 2012 contre le consulat américain de Benghazi (est de la Libye).

Le département d'Etat a également annoncé dans un communiqué l'inscription sur cette même liste des organisations jumelles islamistes Ansar Asharia à Derna (est de la Libye) et Ansar Asharia en Tunisie, accusant cette dernière d'être liée à Al-Qaïda.

Les deux groupes libyens "ont été impliqués dans des attaques terroristes visant des civils, dans de fréquents assassinats de forces de l'ordre et de politiciens dans l'est de la Libye et dans l'attaque du 11 septembre 2012 contre la mission américaine à Benghazi", qui a coûté la vie à l'ambassadeur des Etats-Unis Christopher Stevens et à trois autres agents américains, selon le département d'Etat.

Ansar Asharia à Benghazi et à Derna sont dorénavant considérés comme des "organisations terroristes étrangères" et leurs dirigeants comme des "terroristes internationaux" qui font peser "une menace sur les intérêts des Etats-Unis en Libye".

Comme c'est toujours le cas en la matière, les biens et avoirs éventuels de ces groupes sont gelés aux Etats-Unis et toute transaction ou échange avec eux sont formellement interdits.

Quant au groupe salafiste jihadiste tunisien Ansar Asharia en Tunisie, Washington l'accuse d'avoir perpétré une attaque contre l'ambassade des Etats-Unis à Tunis et contre une école américaine le 14 septembre 2012.

Ce groupe est "idéologiquement aligné sur Al-Qaïda et lié à ses filiales, notamment Al-Qaïda au Maghreb islamique, et représente la plus grande menace pour les intérêts des Etats-Unis en Tunisie", estime encore la diplomatie américaine.

Pour l'attaque de Benghazi, après avoir plusieurs fois changé de versions ces derniers mois, le département d'Etat avait assuré fin décembre n'avoir "aucun élément montrant que le noyau dur d'Al-Qaïda" ait été impliqué, évoquant toutefois le fait que les assaillants aient pu "s'inspirer de l'idéologie d'Al-Qaïda".

L'attaque de Benghazi avait déclenché une tempête politique pendant des mois entre l'administration démocrate et l'opposition parlementaire républicaine qui soupçonnait l'exécutif d'avoir voulu passer sous silence le caractère "terroriste" de cet attentat pour ne pas entacher le bilan de sécurité nationale du président Barack Obama, alors en pleine campagne pour sa réélection.

Experts libyens et étrangers attribuent régulièrement les attaques menées dans l'Est de la Libye à des groupes islamistes, dont Ansar Asharia, mais les autorités n'osent pas accuser directement ces groupes lourdement armés, par crainte de représailles, selon ces experts.

nr/rap