NOUVELLES
10/01/2014 02:01 EST | Actualisé 11/03/2014 05:12 EDT

La FIA se penche sur la sécurité des travailleurs de piste

La FIA a réagi au rapport de la Commission de santé et sécurité au travail (CSST) sur l'accident du travailleur de piste au Grand Prix du Canada. 

Le délégué F1, chargé de la sécurité, de la FIA Charlie Whiting veut s'assurer que l'accident qui a coûté la vie à Mark Robinson le 9 juin 2013 ne se reproduira plus.

C'est dans le cadre du salon Autosport International en Grande-Bretagne que M. Whiting a fait part de ses observations et a fait des recommandations.

Rappelons que Mark Robinson a perdu la vie après été happé par un chariot élévateur, alors qu'il tentait de récupérer sa radio portative qui venait de se détacher de sa poche. Il était placé à l'avant du chariot qui rentrait aux puits après la course, pour y rapporter une Sauber. 

« L'accident qui a eu lieu au Canada est très malheureux, a dit Charlie Whiting. Les choses vont changer. Depuis cet accident, nous avons averti tout le monde que, si vous utilisez ces véhicules (de type JCB) pour lever une voiture, vous ne devez jamais vous placer et marcher devant. Ça semble aller de soi. Notre ASN (association sportive nationale) au Brésil a développé un système qui, en attachant deux cordes pour tenir la voiture en équilibre et l'empêcher de se balancer, permet d'éviter que des travailleurs soient obligés eux-même de la stabiliser. » 

« Nous voulons que tous soient conscients des bienfaits de ce système afin de diminuer le nombre de personnes ayant à participer à l'exercice. C'est la clé », soutient le délégué FIA.

Charlie Whiting a précisé que les circonstances de l'accident qui est arrivé à Montréal ne sont pas uniques en leur genre. Il cite comme exemple le travail des commissaires au Grand Prix de Corée en 2013.   

« Si vous regardez ce qui s'est passé en Corée, quand les travailleurs ont récupéré la voiture de Mark Webber (détruite par un incendie au 37e tour), vous pouvez voir le chariot élévateur et quatre travailleurs courir devant, rappelle le représentant de la FIA. C'est ridicule. » 

Les commentaires de la FIA laissent entendre que le rapport de la CSST a fait son chemin jusqu'au plus haut niveau. Reste à savoir si l'organisme québécois se satisfera des recommandations de Charlie Whiting pour redonner le feu vert aux organisateurs du Grand Prix du Canada pour la présentation de la course en 2014.

Selon le document de la CSST, rendu public le 16 octobre 2013, une décision a été rendue le 24 septembre 2013, interdisant le transport sur le circuit Gilles-Villeneuve des voitures de course ou d'autres charges à l'aide de chariots élévateurs ou de tout autre équipement semblable, jusqu'à la mise en place de mesures correctives.

Ces mesures, exigées par l'employeur, concernent notamment la formation des conducteurs des chariots et des travailleurs sur la méthode de transport des voitures de course, la façon d'attacher les voitures adéquatement aux chariots et la vitesse maximale permise des chariots.

La CSST a évalué la vitesse du chariot-élévateur au moment de l'accident à 11 km/h (3 m/s), alors que la vitesse autorisée (avec charge) par le fabricant du chariot est la vitesse de la marche à pied, soit 5 km/h (1,4 m/s).

La formation des travailleurs de piste du circuit Gilles-Villeneuve est la responsabilité de l'Automobile Club de l'île Notre-Dame (ACND).