NOUVELLES
10/01/2014 03:05 EST | Actualisé 11/03/2014 05:12 EDT

Centrafrique: manifestation à Bangui contre le retour de Djotodia

Plusieurs milliers d'habitants de Bangui manifestaient vendredi matin contre le retour en Centrafrique du président Michel Djotodia, actuellement à N'Djamena où son avenir doit être décidé lors d'un sommet de dirigeants d'Afrique centrale, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Aux cris de "Djotodia démission", les manifestants étaient massés aux abords du quartier de Boy-Rabe, non loin de l'aéroport, sous la surveillance de soldats français et de la force africaine (Misca).

"Nous voulons la démission de Djotodia. Il nous faut une nouvelle personne pour diriger le pays", réclamait un manifestant. "Ce petit maladroit nous a tués, massacrés. Qu'il reste à N'Djamena", disait un autre, prénommé Thibault.

Aucun incident n'avait été signalé dans cette manifestation peu avant 09H00 (08H00 GMT).

Depuis le renversement en mars 2013 du président François Bozizé par une coalition hétéroclite à dominante musulmane, la Séléka, dirigée par M. Djotodia, la Centrafrique a été emportée dans une spirale de violences communautaires et interreligieuses.

A N'Djamena, les dirigeants d'Afrique centrale ont ordonné dans la nuit de jeudi à vendredi aux parlementaires centrafricains, transférés par avion depuis Bangui, de préparer un accord s'orientant vers une mise à l'écart du président Djotodia, pour faciliter une sortie de crise en Centrafrique.

A l'issue de tractations marathon avec les membres du Conseil national de transition (CNT, parlement provisoire centrafricain), de proches de M. Djotodia issus de l'ex-rebellion Séléka et de représentants de milices anti-balaka, hostiles à M. Djotodia, les chefs d'Etat ou leurs représentants ont suspendu leurs travaux peu avant 04H00 (03H00 GMT), a constaté un correspondant de l'AFP.

Les dirigeants de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC) ont demandé au CNT de préparer avant 08H00 un accord qui semble s'orienter vers une mise à l'écart de M. Djotodia et de son Premier ministre, Nicolas Tiengaye, selon des sources proches des négociations, malgré le refus de proches de M. Djotodia.

cf-mc/mba