NOUVELLES
10/01/2014 01:50 EST | Actualisé 12/03/2014 05:12 EDT

Canadiennes à Mexico: jusqu'à 40 jours de détention préventive, ordonne un juge

MONTRÉAL - Les deux Canadiennes arrêtées relativement à une attaque à la bombe incendiaire à Mexico, en fin de semaine dernière, risquent de passer les 40 prochains jours en prison.

Un porte-parole du procureur général fédéral à Mexico a indiqué vendredi qu'un juge a ordonné que Fallon Rouiller-Poisson et Amélie Pelletier restent derrière les barreaux jusqu'à ce que les autorités locales complètent leur enquête criminelle.

Fallon Rouiller-Poisson, une Montréalaise âgée de 20 ans ayant grandi sur la Rive-Sud, et Amélie Pelletier n'ont toujours pas fait l'objet d'accusations formelles.

Les deux Canadiennes ont été arrêtées dans la capitale mexicaine dimanche dernier après que des cocktails Molotov eurent endommagé un édifice abritant des bureaux gouvernementaux et un concessionnaire automobile voisin.

Le bureau du procureur général affirme que pour l'instant, l'affaire est considérée comme un acte de vandalisme, tout en ajoutant que l'enquête en cours pourrait mener à des accusations criminelles plus graves. Le bureau précise que les Canadiennes pourraient aussi être relâchées avant la fin de la période de 40 jours si elles sont en mesure de fournir des preuves qu'elles n'ont pu commettre l'attentat.

Le Mexicain Carlos Lopez Marin a aussi été arrêté aux côtés des Canadiennes en lien avec l'attaque à la bombe incendiaire, qui a frappé la façade d'un édifice abritant le secrétariat des Communications et des Transports.

M. Marin doit aussi demeurer en détention pour une période de 40 jours.

Un procureur mexicain a indiqué que selon la police, l'une des deux Canadiennes a été vue déposant un sac à dos contenant plusieurs engins explosifs artisanaux.