NOUVELLES
09/01/2014 03:50 EST | Actualisé 10/03/2014 05:12 EDT

Sécurité ferroviaire : Ottawa doit faire les inspections, presse le NPD

Le Nouveau Parti démocratique soutient qu'il revient au gouvernement fédéral de procéder aux inspections afin d'assurer la sécurité dans le transport ferroviaire.

Le chef de l'opposition officielle, Thomas Mulcair, a abordé le sujet en conférence de presse, jeudi, peu de temps après que le Canadien National (CN) et le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) eurent révélé qu'une roue défectueuse aurait joué un rôle dans le déraillement d'un train de marchandises, mardi soir, près de Plaster Rock, au Nouveau-Brunswick.

Alors que M. Mulcair plaidait pour un rôle actif d'Ottawa dans le contrôle du transport ferroviaire, La Presse Canadienne révélait jeudi que Transports Canada avait discrètement approuvé, fin décembre, de nouvelles règles de sécurité élaborées par l'industrie ferroviaire.

Ces règles ont été adoptées au moment où une injonction ministérielle adoptée dans la foulée de la catastrophe à Lac-Mégantic était sur le point d'arriver à échéance.

« Ces 30 dernières années, il y a eu des compressions en matière de sécurité ferroviaire, de la part des gouvernements libéraux et conservateurs, et on voit les résultats maintenant, a dénoncé le député néo-démocrate d'Acadie-Bathurst, Yvon Godin. Chez nous, les gens ont commencé à aller marcher sur les rails pour voir quelles sortes de rails on a, pour voir si c'est sécuritaire ou pas. Les gens sont inquiets. »

À l'instar de son chef, Yvon Godin reproche au gouvernement fédéral de mettre « tous les problèmes de sécurité entre les mains des compagnies ». Pour le député acadien, il s'agit d'une attitude inacceptable : « Faut que le gouvernement vérifie, peut-être qu'une roue comme [celle de l'incident survenu à Plaster Rock] a été trop longtemps sur le wagon ».

Un exemple éloquent, selon Yvon Godin

Yvon Godin rappelle que la question de la sécurité est d'autant plus cruciale que nombre de trains passent au coeur de certaines communautés. Il cite en exemple la voie ferrée entre Moncton et Bathurst, affectée par un bris qui a été signalé aux autorités et qui retarde le train d'une heure, soutient M. Godin. « Ça fait 10 ans et, imaginez-vous, ils ne l'ont jamais réparée », s'alarme le député d'Acadie-Bathurst, qui appelle le Canadien National « à prendre ses responsabilités ».

En décembre, une enquête menée par CBC révélait que le CN n'a pas rapporté aux autorités quelque 1800 incidents, soit des déraillements ou des collisions, échelonnés sur une période de six ans se terminant en 2006. L'enquête mettait en lumière que 48 de ces 1800 incidents s'étaient produits sur des artères clés du réseau ferroviaire.