NOUVELLES
09/01/2014 05:57 EST | Actualisé 11/03/2014 05:12 EDT

Scandale de corruption en Turquie: Washington s'inquiète

Les Etats-Unis ont fait part jeudi de leur "inquiétude" face au scandale de corruption qui éclabousse le pouvoir en Turquie, réaffirmant toutefois l'importance de leur alliance avec Ankara, notamment sur le dossier syrien.

Le département d'Etat a indiqué avoir "directement communiqué au gouvernement" turc "l'appui des Etats-Unis au désir du peuple turc d'avoir un système judiciaire juste et transparent" et l'attachement des Américains aux "libertés d'expression et de la presse".

La Turquie est agitée depuis trois semaines par un scandale de corruption sans précédent qui implique des dizaines de proches du gouvernement islamo-conservateur et menace directement la position de son Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, à trois mois des élections municipales.

Ce scandale politico-financier a entraîné l'incarcération d'une vingtaine d'hommes d'affaires, patrons et élus proches du gouvernement, provoqué la démission de trois ministres et contraint M. Erdogan à procéder à un vaste remaniement ministériel.

Mercredi, le gouvernement a donné un nouveau coup de balai au sein de la police et de la justice, soupçonnées de jouer contre lui dans cette affaire de corruption. L'Union européenne a exprimé son "inquiétude".

La porte-parole de la diplomatie américaine Jennifer Psaki a également évoqué les "préoccupations" de son gouvernement, mais sans entrer dans les détails, ni viser le Premier ministre turc.

De fait, la Turquie, membre de l'Otan, "est et demeure une alliée fondamentale des Etats-Unis" sur tout "un éventail de dossiers", a insisté Mme Psaki.

Elle a rappelé qu'Ankara participait à maintes "discussions sur la crise syrienne", notamment en abritant plus de 600.000 réfugiés syriens et en accueillant une partie de l'opposition en exil.

"Nous continuons de travailler étroitement avec la Turquie et, évidemment, nous exprimons nos préoccupations sur ce qui se passe à l'intérieur" du pays, a assuré la porte-parole américaine.

nr/rap