NOUVELLES
09/01/2014 06:25 EST | Actualisé 11/03/2014 05:12 EDT

Russie: deux ans de prison avec sursis pour l'ex-chef d'un média critique

L'ancienne responsable d'un site d'information russe d'Ekaterinbourg, dans l'Oural, critique du pouvoir, a été condamnée jeudi à deux ans de prison avec sursis pour extorsion, a-t-on appris auprès du tribunal.

Le tribunal Leninski d'Ekaterinbourg a reconnu Aksana Panova, ancienne rédactrice en chef du site d'information d'Ura.Ru, "coupable d'extorsion (...) et l'a condamnée à deux ans de prison avec sursis", a indiqué cette instance judiciaire dans un communiqué.

Mme Panova, qui rejette cette accusation, a également été condamnée à une amende de 300.000 roubles (environ 6.650 euros) et n'aura pas le droit de travailler dans les médias pendant les deux ans à venir, selon le communiqué.

Le sursis a été fixé avec mise à l'épreuve pour 3 ans durant lesquelles Mme Panova devra se présenter deux fois par mois pour des contrôles à la police locale et n'aura pas le droit de changer de domicile sans en avoir préalablement informé les forces de l'ordre, précise le tribunal.

"Nous allons absolument faire appel" de cette condamnation, a déclaré aux journalistes Aksana Panova, citée par l'agence publique Ria-Novosti.

Les enquêteurs ont affirmé que Mme Panova faisait chanter les personnes sur lesquelles son site écrivait des articles critiques, une accusation qu'elle a dénoncée comme montée de toutes pièces.

Elle était également visée par plusieurs autres accusations, notamment celle d'abus de pouvoir, mais le tribunal l'a reconnue non coupable dans ces affaires.

Aksana Panova avait annoncé en novembre 2012 avoir été licenciée de son poste de directrice et de rédactrice en chef du site Ura.ru, dénonçant des pressions des autorités locales sur la politique éditoriale de ce média qui traite de l'actualité dans l'Oural.

Le site Ura.ru, fondé en 2006, publiait régulièrement des articles sur la corruption et des interviews avec des leaders de l'opposition russe, un cas rare pour le pays.

Le personnel du site, soit 30 personnes au total, est alors parti avec Mme Panova pour lancer un nouveau site d'information.

La nouvelle direction d'Ura.ru semble toutefois poursuivre la politique éditoriale de ses prédécesseurs en publiant notamment des caricatures sur des responsables régionaux et le président russe Vladimir Poutine.

mp/lpt/fw