NOUVELLES
09/01/2014 08:59 EST | Actualisé 11/03/2014 05:12 EDT

Pour accéder à internet, le ciel n'est plus la limite

C'est un avion qui date de l'après-guerre. Mais il cache un système embarqué bien plus moderne, permettant aux passagers d'utiliser internet avec leurs tablettes dernier-cri.

L'Albatross One, un appareil amphibie construit dans les années 1950, survole le désert et les montagnes autour du lac Mead, à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Las Vegas où se tient cette semaine le salon high-tech International CES.

Sans les intenses vibrations de la cabine et les magnifiques paysages visibles par le hublot, on pourrait presque se croire dans son salon: à bord, un réseau wifi permet aux passagers de naviguer sans problème sur internet avec leur tablette ou leur smartphone.

Le secret, ce sont cinq gros boîtiers noirs et gris accrochés au plafond de l'habitacle et interconnectés par toute une série de câbles, explique à l'AFP Simon McLellan, l'ingénieur en chef de Row44, une filiale de la société technologique américaine Global Eagle Entertainment.

L'entreprise, propriétaire de l'avion, avait invité jeudi quelques journalistes pour un vol de démonstration en marge du CES.

Une antenne satellite toujours en mouvement

M. McLellan décrit l'un des boîtiers en particulier comme "le coeur du système": c'est là que des données comme l'altitude et la position de l'avion sont analysées pour déduire l'angle de l'appareil par rapport au satellite, et orienter en fonction une antenne installée sur son toit et qui "bouge tout le temps" afin de maintenir la connexion au fur et à mesure que l'appareil se déplace.

L'équipement est complété par un émetteur-récepteur, un modem, un serveur, et enfin un point-relais wifi.

Dans la cabine, une fois connecté, on peut communiquer par messagerie, aller sur internet, regarder la télévision ou accéder à d'autres contenus encore, tout cela depuis son propre smartphone ou sa propre tablette.

Le système est déjà opérationnel sur des vols commerciaux. Global Eagle, par l'intermédiaire de filiales comme Row 44, fournit à la fois l'équipement pour la connexion satellitaire et des contenus. Le service est assuré autour du monde par le recours à "8 à 10 satellites, couvrant surtout l'hémisphère nord", d'après M. McLellan.

Le principal client, avec 442 des quelques 520 avions déjà équipés dans le monde, est la compagnie américaine Southwest. Mais le système est aussi utilisé par Norwegian Air Shuttle, les russes UTAir et Transaero, et la sud-africaine Mango.

Prix de l'équipement: entre 300.000 et 500.000 dollars par appareil, selon M. McLellan, qui souligne toutefois que le coût réel est lié à la durée d'utilisation des satellites. Southwest le répercute sur ses passagers en faisant payer l'utilisation du service, Norwegian Air Shuttle en revanche l'offre gratuitement.

Un fuselage similaire à celui du 737

Des solutions concurrentes existent. Certains rivaux de Row44 comme GoGo recourent par exemple à des antennes-relais au sol plutôt qu'à des satellites.

M. McLellan souligne toutefois que ces infrastructures au sol ne sont pas toujours accessibles, car elles sont "concentrées sur les parties continentales et les zones très peuplées".

"Le satellite est déjà là", et en outre plus flexible car "il permet d'étendre la capacité quand la demande augmente", et d'avoir davantage de bande passante, fait valoir l'ingénieur.

Jusqu'à une certaine limite toutefois. "Le visionnage de vidéo en ligne est possible techniquement mais pour un nombre limité de passagers. Nous avons des procédures en place pour empêcher une ou deux personnes de consommer toute la bande passante" disponible, en ralentissant le débit sur un appareil repéré comme trop gros consommateur, souligne l'expert.

Et pourquoi recourir pour les vols d'essais à un avion datant des années 1950, destiné initialement aux opérations de sauvetage en mer de l'US Navy, puis utilisé plus tard pour l'entraînement d'astronautes de la Nasa, avant d'être retrouvé il y a quelques années au fond d'un hangar du Nevada?

"Ce n'est pas ordinaire", reconnaît M. McLellan, "mais il remplit son objectif. Il y a plein de place pour l'équipement, un profil de fuselage similaire à celui du 737 (de Boeing) et un très bon environnement pour tester les vibrations."

soe/gde/glr