NOUVELLES
09/01/2014 08:51 EST | Actualisé 11/03/2014 05:12 EDT

Les opposants bangladais se terrent après des rafles policières

DACCA, Bangladesh - Des membres de l'opposition bangladaise se terrent pour échapper aux rafles lancées par la police depuis les élections nationales violentes du week-end dernier.

Le parti au pouvoir a facilement remporté le vote de dimanche, mais le scrutin a été entaché par des violences, une faible participation et un boycottage de l'opposition. Au moins 18 personnes ont perdu la vie.

Quatre leaders de l'opposition avaient été arrêtés mardi, dont un conseiller de l'ancienne première ministre Khaleda Zia.

Un quotidien bangladais de langue bengalaise a nommé jeudi 18 membres du parti de Mme Zia et de son aile jeunesse qui auraient décidé de se volatiliser.

Pour sa part, le groupe new-yorkais de défense des droits de la personne Human Rights Watch a indiqué que plusieurs militants et leaders de l'opposition ont décidé de se terrer. HRW accuse le gouvernement bangladais d'avoir procédé à l'arrestation arbitraire de membres de l'opposition avant et après le vote.

Le groupe a aussi reconnu que le gouvernement est parfois intervenu de manière appropriée pour mettre fin aux violences perpétrées par certains opposants.