NOUVELLES
09/01/2014 09:15 EST | Actualisé 11/03/2014 05:12 EDT

L'Australie est frappée par une canicule après son année la plus chaude

CANBERRA, Australie - Les chauve-souris tombent des arbres, les kangourous s'effondrent dans l'Outback et la végétation vire au brun: tandis que l'Amérique du Nord se remet d'une vague de froid polaire, l'Australie est en voie de fracasser des records après l'année la plus chaude de son histoire.

Les météorologues australiens ont indiqué que certains secteurs de la région peu peuplée de Pilbara, le long de la côte nord-ouest du pays, ont connu jeudi des températures de près de 50 degrés Celsius. Le record de 50,7 Celsius a été établi en 1960 à Oodnadatta, dans l'État d'Australie-Méridionale.

L'arrivée tardive de la mousson dans le nord de l'Australie, qui aide à rafraîchir le climat, contribuerait à la canicule, tout comme le réchauffement climique. La vague de chaleur a débuté à Noël et devrait se prolonger la semaine prochaine.

«Certainement, si on regarde les prévisions pour la semaine prochaine, on dirait que la chaleur va continuer», a prévenu Karly Braganza, du Bureau de météorologie.

Des records ont été établis en 34 endroits depuis le 27 décembre. Dans la ville minière de Narrabi, en Nouvelle-Galles du Sud, l'ancienne marque a été fracassée par près de 4 degrés quand le mercure a atteint 47,8 Celsius.

Cette chaleur extrême arrive dans la foulée de l'année la plus chaude jamais enregistrée en Australie. La température moyenne a surpassé de 1,2 degré la moyenne pour la période 1961-1990, effaçant la marque établie en 2005.

Un responsable de la ville de Winton, connue comme un des endroits les plus chauds de l'État du Queensland, a révélé que de nombreux perroquets, kangourous et émeus ont été retrouvés morts.

«C'est dû autant à la sécheresse prolongée qu'à la canicule», a dit Tom Upton.

Au moins 50 000 chauve-souris — dont des renards volants à tête grise, une espèce menacée — ont aussi été tuées par la chaleur dans le sud-est de l'État, selon Louise Saunders, la présidente du groupe écologiste Bat Conservation and Rescue. Les chauve-souris en sont réduites à uriner sur elles-mêmes pour se rafraîchir, avant de tomber en grappes au pied des arbres.

«C'est très préoccupant, a dit Mme Saunders. On peut en avoir 250 ou plus qui agonisent au pied des arbres.»

Le Brésil est lui aussi aux prises avec une chaleur infernale, avec un mercure de 49 degrés Celsius. Les responsables du jardin zoologique de Rio de Janeiro ont commencé à distribuer de la glace aux animaux pour les aider à résister à la canicule.