NOUVELLES
09/01/2014 12:41 EST | Actualisé 11/03/2014 05:12 EDT

L'Afrique centrale envoie un avion à Bangui pour amener à N'Djamena le parlement centrafricain

Les dirigeants d'Afrique Centrale, réunis en sommet extraordinaire sur la crise centrafricaine, ont envoyé jeudi un avion à Bangui pour amener à N'Djamena les 135 membres du parlement de transition centrafricain, a-t-on appris de source officielle tchadienne.

Les travaux du sommet ont été suspendus en attendant les membres du Conseil national de transition (CNT, parlement provisoire) centrafricain, qui devaient arriver dans la soirée à bord d'un avion tchadien, selon la même source.

"Pour le moment il n'y a pas de résultat probant. Il y a eu des consultations sur la situation en RCA (République centrafricaine) (...) la plus importante portait sur les autorités de la transition", a déclaré à la presse le secrétaire général de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC), Allami Ahmat.

"La solution ne peut venir que des Centrafricains eux-mêmes. Ni la CEEAC, ni la communauté internationale ne sont venues pour changer de régime. Il y a un régime, ses institutions et une charte (ndlr: Constitution provisoire). Il appartient à ses responsables de décider du sort de leur pays", a ajouté M. Ahmat.

La réunion de tous les membres du CNT est un prélude indispensable à tout changement des institutions de transition en Centrafrique, dont la plus haute autorité est le président Michel Djotodia, aujourd'hui en sursis.

La création de ce parlement provisoire avait été décidée lors d'un premier sommet consacré à la crise centrafricaine tenu à N'Djamena en avril 2013, après le coup de force qui avait permis à la coalition Séléka de Michel Djotodia de prendre le pouvoir à Bangui fin mars.

Depuis ce coup de force, la Centrafrique a été emportée dans une spirale de violences communautaires et interreligieuses.

yas-cl/mc/de