NOUVELLES
09/01/2014 06:53 EST | Actualisé 11/03/2014 05:12 EDT

Dakar-2014 - Le Dakar pour les nuls

Le Dakar-2014, comme nombre d'épreuves sportives, possède son propre jargon, parfois abscons, utilisé couramment par les concurrents mais aussi par les organisateurs de l'épreuve (Amaury Sport Organisation/ASO).

Petit lexique, non exhaustif:

- "jardiner": se dit d'un concurrent -moto, quad, auto ou camion- qui s'égare et ne trouve pas les +waypoints+ (points de passage obligatoires). Personne n'est à l'abri d'une petite séance de jardinage mais les amateurs, qui représentent environ 85% des concurrents, sont les plus à même de "jardiner".

- les "poireaux": les sans-grade. Ceux qui, quelle que soit la catégorie, ne jouent pas pour la gagne mais vivent le Dakar dans l'esprit d'origine, dans des conditions sans doute plus aventureuses que les ténors des grosses écuries, très protégés.

- les "porteurs d'eau". Ce sont les seconds couteaux des grandes équipes, au service de leurs leaders en cas de pépin mécanique ou de sortie de route.

- les "malles-motos". C'est une catégorie officielle, rassemblant des motards aux petits budgets. Au début du rallye, ils confient une malle (et deux roues de rechange) à l'organisation, qui les leur transporte de bivouac en bivouac. La malle contient des outils et des vêtements.

- fesh-fesh: sorte de sable mou, que l'on trouve dans de nombreuses régions désertiques. Ca a l'apparence d'une surface dure mais se révèle très meuble et très volatile. C'est le cauchemar des derniers concurrents, confrontés à un terrain labouré, à de profondes ornières créées par les premiers.

- Erg: une étendue de sable. A ne pas confondre avec un reg, qui est une vaste surface caillouteuse.

- sable "porteur" (ou non). Evolue en fonction de l'heure de la journée, selon qu'il soit chaud, humide, etc...

D'autres termes ou acronymes sont employés spécifiquement par la direction de course:

- Papa Charlie, ou PCO. Poste de commandement sur le terrain (il y en a un autre à Paris, plus communément appelé PC).

- DZ/FZ, pour début de zone ou fin de zone où l'on contraint les concurrents à ralentir.

- CP, pour +checkpoint+. Il y en a jusqu'à 4, selon la longueur des étapes. Ce sont des endroits (croisement de routes, voie de chemin de fer, etc.) par lesquels les concurrents doivent obligatoirement passer et marquer l'arrêt pour être "tamponnés".

- WP, pour +waypoint+. Points de passage virtuels mais également obligatoires.

- DSS, pour départ de spéciale (ES)

- CH liaison: contrôle horaire à la sortie du bivouac. Il y a aussi les CH départ et les CH arrivée (d'une spéciale). Les CH sont parcourus par les Charlie (des voitures), mais ça allait sans dire...

- neutralisation: parcours de liaison intermédiaire entre deux spéciales, ou au milieu de l'une d'entre elles.

- les +balais+ (B1 et B2). Ce sont les véhicules de l'organisation qui sont chargés de récupérer les naufragés. Ils peuvent embarquer les motos qui ne peuvent pas être réparées ou parce que leur pilote n'en peut plus.

- Foxtrot: les véhicules qui empruntent le parcours quand tout le monde est passé, pour s'assurer que la piste est propre, qu'aucun débris n'a été abandonné par les concurrents.

- Lima: flotte de véhicules utilisés par l'organisation pour s'assurer, par exemple, de la sécurité des spectateurs ou pour vérifier qu'il n'y a pas d'assistance sauvage des concurrents.

- Tango: véhicules médicalisés de l'organisation, déployés sur la course pour une intervention rapide au sol.

- être "tanké": signifie être en panne sur le parcours.

Enfin, un vocabulaire spécifique, largement inspiré de celui du milieu militaire, est employé pour les hélicoptères.

- Delta: l'hélicoptère du directeur du Dakar, Etienne Lavigne.

- Mike 1, 2 ou 3: les trois hélicoptères médicalisés de l'organisation.

- Oscar: l'hélicoptère de la presse.

- Québec: l'hélicoptère photo.

- H-TV 1, 2 ou 3: les trois hélicoptères de la télévision.

heg/jgu