NOUVELLES
08/01/2014 06:45 EST | Actualisé 10/03/2014 05:12 EDT

Une nageuse inspirante pour les jeunes

Sarah Mailhot, de Québec, nage depuis une douzaine d'années. Son parcours l'a même menée jusqu'aux Jeux paralympiques de Londres en 2012.

Sa détermination inspire tellement les jeunes qu'elle a offert plus de 80 conférences dans les écoles de la région de Québec.

« Quand je nage, je suis dans la catégorie S8. Mon handicap c'est le spina-bifida, une malformation de la moelle épinière qui se produit pendant la grossesse. »

Les jeunes sont impressionnés quand ils réalisent que Sarah n'utilise pas ses jambes pour nager puisqu'elles sont partiellement paralysées.

« Quand je fais mes départs à partir du bloc, je me pousse avec mes jambes. Quand je fais mes virages, je me pousse du mur aussi avec mes jambes, mais pendant la longueur comme telle, je ne m'en sers pas, elles font juste flotter en arrière de moi », explique-t-elle.

Sa spécialité est le 400 mètres style libre. Elle a décroché la 5e place au Championnat du monde, en 2010.

« J'aime ça me dépasser et je suis quelqu'un de vraiment compétitif. En natation, ça adonne que je suis bonne, donc je suis capable d'arriver en compétition, puis de battre les autres. J'aime vraiment ça », lance-t-elle en riant.

C'est en 2008, lors des essais paralympiques, que Sarah a réalisé son potentiel. Quatre ans plus tard, elle a participé aux Jeux de Londres, où elle a été déçue de son classement. Elle se promet de remettre ça en 2016, à Rio de Janeiro. Elle aura alors 26 ans.

Selon son entraîneur, Marc-André Pelletier, la tâche sera toutefois ardue. « Le sport paralympique est en grande progression. Sarah a un potentiel d'y aller, mais il faut qu'elle continue à progresser », dit-il.

Qu'à cela ne tienne, Sarah se dit confiante.

En 2014, les Jeux Para-Pan Pacifique sont dans sa mire. Si elle n'y va pas, elle compte pratiquer le vélo à mains pendant tout l'été.