NOUVELLES
08/01/2014 04:07 EST | Actualisé 10/03/2014 05:12 EDT

Soudan: combats entre l'armée et les rebelles dans le Kordofan-Sud

Des combats ont opposé mercredi l'armée soudanaise aux rebelles autour d'une localité du nord de l'Etat du Kordofan-Sud, ont rapporté les deux parties en conflit depuis 2011.

Les combattants du Front révolutionnaire du Soudan (coalition de groupes rebelles) ont bombardé la ville de Dalami (nord) faisant de nombreux morts y compris des enfants et des femmes avant d'attaquer depuis deux axes pour tenter de pénétrer dans la ville mais les forces armées ont résisté et leur ont fait subir de lourdes pertes humaines et matérielles, a indiqué le porte-parole de l'armée Sawarmi Khaled Saad dans un communiqué reçu par l'AFP.

Les rebelles ont de leur côté annoncé avoir lancé une attaque sur la ville, leur porte-parole Arnu Ngutulu Lodi confirmant depuis Nairobi "une attaque sur la garnison de Dalami ajoutant que "la bataille s'est poursuivie depuis la matinée jusqu'à la mi journée, et nos forces ont détruit la garnison des forces gouvernementales avant de se retirer".

Les autorités soudanaises restreignent l'accès de ces zones aux humanitaires, journalistes et diplomates, rendant toute vérification de ces allégations extrêmement difficile.

D'autre part, l'agence de presse officielle Suna a indiqué citant un porte-parole de l'armée que les forces gouvernementales avaient repris la région "stratégique de Malkan" aux rebelles dans le sud de l'Etat du Nil Bleu.

Mais un porte-parole des rebelles a démenti ces affirmations assurant en soirée que les combats se poursuivaient dans la région.

Le porte-parole de l'armée a également fait état d'une attaque rebelle dans la ville de Nyala dans le Darfour-Sud.

Les autorités soudanaises ont annoncé en novembre une opération pour écraser les rebelles du Darfour, du Kordofan-Sud et du Nil bleu où des insurgés issus de différentes ethnies se disent marginalisés par les élites arabes de Khartoum.

Selon l'ONU, les combats qui touchent sporadiquement le Kordofan-Sud et le Nil Bleu ont provoqué une grave crise humanitaire affectant plus d'un million de personnes.

str/feb/faa