NOUVELLES
08/01/2014 09:46 EST | Actualisé 10/03/2014 05:12 EDT

Pape en Terre sainte : dimension politique évidente, selon le patriarche Twal

Le voyage du pape en Terre Sainte a une "dimension politique" que Jordaniens, Palestiniens et Israéliens tenteront de mettre à profit, a affirmé mercredi le patriarche de Jérusalem, Fouad Twal, relevant l'enthousiasme qui entoure la visite, dans un entretien avec l'agence de presse I.Media.

Dimanche dernier, François a annoncé qu'il se rendrait en "pèlerinage" en Terre Sainte du 24 au 26 mai, avec trois étapes, Amman, Bethléem et Jérusalem.

Interrogé sur la dimension politique du voyage et les risques de récupération, le patriarche latin de Jérusalem a répondu à l'agence spécialisée sur le Vatican I.Media : "Bien sûr que cette visite a une dimension politique, car cette dimension est notre oxygène. Nous respirons la politique dans chaque action, dans chaque rencontre, dans chaque cérémonie, dans le contexte qui est le nôtre, celui de la crise de la région, notamment en Syrie, et de l'occupation israélienne. Tous, Jordaniens, Palestiniens et Israéliens, essaieront de profiter au maximum de cette visite, y compris pour servir leur propagande. C'est normal".

Les chrétiens "attendent avant tout la consolidation des liens entre catholiques et orthodoxes, la poursuite de ce qui a été amorcé il y a 50 ans lors de la rencontre entre Paul VI et le patriarche (orthodoxe) Athénagoras", a-t-il ajouté, reconnaissant qu'il y a un demi-siècle, il y avait "peut-être eu trop d'enthousiasme".

Les progrès dans le dialogue entre l'Eglise romaine et les Eglises orthodoxes, séparées depuis près de 1.000 ans, sont réels mais très lents.

"Tout le monde, pas seulement les chrétiens, attend le pape, qui suscite un immense enthousiasme, y compris au sein du monde musulman", a par ailleurs observé le patriarche.

Il a donné quelques détails sur les étapes du souverain pontife. En Jordanie, "il dînera sur le site du baptême du Seigneur, du côté jordanien du fleuve, avec un groupe de réfugiés syriens mais aussi de pauvres et d'handicapés, des personnes des périphéries".

A Bethléem, un repas "avec des familles des alentours" est prévu pour après la messe.

A Jérusalem, il "se rendra très probablement au Mur occidental" (mur des lamentations). "On ne sait pas encore très bien ce qu'il en est quant à une possible visite au mémorial de la Shoah Yad Vashem. Le programme est encore à l'étude", a-t-il dit, tandis que la partie israélienne aurait souhaité davantage de temps et de visites dans des lieux symboliques de l'Etat hébreu.

Par ailleurs, "une étape au Cénacle (lieu, où, d'après les Evangiles, le Christ a eu son dernier repas avec ses disciples), est prévue, de même qu'une rencontre avec le clergé et les (religieux)consacrés de Terre Sainte dans la basilique des Nations, à Gethsémani, et un dîner au Patriarcat latin", a précisé le patriarche.

jlv/fka/bds