NOUVELLES
08/01/2014 07:16 EST | Actualisé 10/03/2014 05:12 EDT

Manifeste pour l'exploitation du pétrole au Québec

Pour faire face au défi de la dette et à celui du vieillissement de la population, le Québec a le devoir d'exploiter le pétrole qui se trouve sur son territoire, plaide un groupe d'anciens politiciens et de décideurs économiques. Ne pas le faire serait une erreur, écrit-on dans un manifeste en faveur de cette énergie fossile.

Parmi les signataires, on retrouve l'ex-premier ministre péquiste Bernard Landry, l'ancienne ministre libérale des Finances Monique Jérôme-Forget et le président du Conseil du patronat du Québec Yves-Thomas Dorval.

« Bien qu'il soit trop tôt pour estimer le nombre d'emplois créés par une exploitation du pétrole québécois, nous savons fort bien que d'autres endroits dans le monde se sont fortement enrichis grâce à des projets similaires », écrit-on, en citant l'exemple de la Norvège et de son fonds souverain de 645 milliards de dollars.

L'exploitation du pétrole pourrait notamment améliorer la balance commerciale de la province, ajoute-t-on, estimant entre 11 et 14 milliards de dollars les sommes envoyées à l'étranger chaque année pour importer de l'or noir.

Pour les signataires du manifeste, ceux qui affirment que le pétrole est une énergie du passé « rêvent en couleurs ». On consommera du pétrole au cours des prochaines décennies, plaide-t-ils.

En entrevue à Radio-Canada, l'ex-premier ministre Bernard Landry a joué la carte du pragmatisme. « Le rêve serait que l'humanité tourne le dos aux hydrocarbures fossiles », a-t-il affirmé, ajoutant du même souffle que notre civilisation n'était pas prête à faire ce virage dans les années à venir.

Certains groupes opposés à l'exploitation du pétrole, « omniprésents dans le débat public », n'hésitent pas à recourir à des « stratégies de désinformations », dénonce-t-on par ailleurs, sans préciser de quelle organisation il est question.

Le groupe se dit malgré tout préoccupé par les changements climatiques. « Exploiter notre pétrole n'est pas contraire à cette préoccupation qui doit aujourd'hui animer tous les États du monde. Les pays responsables veulent d'ailleurs être moins dépendants du pétrole », dit-on, en appuyant notamment la stratégie d'électrification des transports du gouvernement. Et si l'exploitation du pétrole est nécessaire, elle doit se faire « selon de hauts standards de protection de l'environnement ».

Le maire de Rimouski, Éric Forest, l'un des signataires, insiste d'ailleurs pour dire que le manifeste vise la tenue d'un « débat de société » sur le sujet. « Il faut agir de façon correcte, transparente et responsable et avoir toutes les données. Connaître les coûts, les bénéfices et les impacts environnementaux. Et par la suite, comme société, on fera un choix », dit-il.

Selon lui, il y urgence de prendre une décision sur le sujet, afin de clarifier la législation.

Un coup de pouce pour Québec

Cette sortie de plusieurs personnalités en faveur du pétrole survient alors que le gouvernement de Pauline Marois tente de convaincre les Québécois du bien-fondé de l'exploitation de cette ressource.

Que ce soit le pétrole de la Gaspésie, de l'île d'Anticosti ou du golfe Saint-Laurent, le gouvernement a l'intention de s'engager dans cette voie. « C'est une priorité d'exploiter nos ressources naturelles », avait déclaré la première ministre Marois lors d'une entrevue à L'actualité en 2013.

Ce mois-ci, le gouvernement doit d'ailleurs lancer une étude sur le potentiel économique des hydrocarbures du banc des Américains, en Gaspésie. Cette zone côtière est située à environ 15 km à l'est de Percé.

Le ministère des Ressources naturelles a publié le 17 décembre un appel d'offres de procéder à un examen de ce secteur, ainsi que de celui d'Old Harry située entre les Îles-de-la-Madeleine et Terre-Neuve-et-Labrador.

Pour leur part, le Parti libéral du Québec et la Coalition avenir Québec plaident aussi pour l'exploitation du pétrole sur le territoire québécois.