NOUVELLES
08/01/2014 07:27 EST | Actualisé 10/03/2014 05:12 EDT

Le Canadien 4e, Bergevin peu emballé

Le directeur général Marc Bergevin a dressé son bilan de mi-saison mercredi, à Philadelphie, quelques heures avant le 45e match de la saison du Canadien.

C'est sans grand enthousiasme que Bergevin se dit satisfait de son équipe, bien installée au 4e rang de l'Association de l'Est.

« Dans l'ensemble, on est où on pensait être, a-t-il affirmé. Je l'ai dit depuis le début, on est dans un paquet d'équipes qui se battent pour les séries. Jusqu'ici on a été chanceux avec les blessures de longue durée, ça nous aide beaucoup. »

Mais la donne a peut-être changé lundi avec la fracture à la main d'Alex Galchenyuk. Le jeune Américain sera à l'écart du jeu pour 6 semaines. Et les chances de voir du renfort arriver par le biais d'une transaction sont plutôt minces.

« C'est bien tranquille en ce moment », a expliqué Bergevin à propos du marché des transactions.

Il faudra donc compter sur les joueurs en place, dont Daniel Brière, l'embauche estivale la plus importante du directeur général. Bergevin a tenu à réfuter les rumeurs de tensions entre Brière et l'entraîneur-chef Michel Therrien.

Il aussi renouvelé sa confiance envers son petit joueur : « Daniel a eu un peu de difficultés, mais, comme j'ai dit récemment, depuis les deux derniers matchs, entre autres, il est sur la bonne voie. »

Ce qui fait sourire Bergevin, c'est le rendement de ses unités spéciales et par-dessus tout, le brio de son gardien Carey Price et du défenseur P.K. Subban.

« Carey a été formidable jusqu'à date (sic), a-t-il insisté. Souvent on a des matchs plus difficiles et il a fait des gros arrêts qui nous ont permis d'en profiter et de marquer tard dans le match. »

« Le travail que le coaching staff a fait [avec Subban] depuis que je suis arrivé à Montréal... Il a gagné le Norris, a été nommé dans l'équipe canadienne, avant ça il ne jouait même pas... il manquait des matchs parce qu'il ne jouait pas bien. Les étapes qu'on a prises avec lui, le progressement (sic) qu'il a fait est énorme. »

Énorme... comme l'augmentation salariale que Subban devrait recevoir cet été, mais « ça, j'ai fait ça clair que j'en parle pas. »

Marc Bergevin n'en parle pas, mais il le sait : son joyau coûtera très cher.

D'après un reportage d'Antoine Deshaies. (Les extraits sont une courtoisie de RDS).