NOUVELLES
07/01/2014 06:33 EST | Actualisé 09/03/2014 05:12 EDT

Une Américaine est condamnée en Alberta pour un pacte de suicide avec sa mère

STONY PLAIN, Alta. - Dans une affaire de pacte de suicide à deux, un juge de l'Alberta a déterminé qu'une Américaine ayant plaidé coupable d'avoir aidé sa mère à mettre fin à ses jours ne devrait pas passer davantage de temps derrière les barreaux.

Le juge Charles Gardner a infligé une peine à Linda Jean McNall de huit mois de prison déjà purgés sous la rare accusation d'aide au suicide, pour la mort de sa mère, Shirley Vann, à l'âge de 79 ans.

Il s'agissait de la recommandation tant de la Couronne que de la défense.

Des détails sur un pacte de suicide entre les deux femmes ont été livrés en cour. Les deux avaient des problèmes de santé et prenaient soin l'une de l'autre depuis des décennies.

Le printemps dernier, après que la santé de Shirley Vann se fut détériorée, les deux femmes ont vendu leurs biens, ont laissé derrière des factures de santé grimpantes, et ont pris la route des Rocheuses canadiennes à partir de Sierra Vista, en Arizona.

Elles ont planté une tente près de Hinton, à 300 kilomètres à l'ouest d'Edmonton, se sont injectées de l'insuline, faisant de même avec leurs chiens, ont pris des somnifères et ont ouvert un conteneur de propane.

Shirley Vann et les animaux domestiques sont morts, mais Mme McNall, âgée de 53 ans, a survécu.

Mme McNall, qui avait travaillé comme infirmière, a plaidé coupable d'aide au suicide le mois dernier. L'Américaine, qui souffre encore de dépression et était traitée dans un hôpital de l'Alberta, sera déportée en Arizona.

Le juge a dit espérer que Mme McNall puisse continuer d'obtenir des soins.

Au Québec, en 2006, Marielle Houle avait reçu une sentence de trois ans de probation pour avoir aidé son fils, le dramaturge Charles Fariala, à s'enlever la vie avec un cocktail de médicaments. M. Fariala, 36 ans, avait la sclérose en plaques.

Deux ans plus tôt dans la province, une peine d'un an de prison et de deux années de probation avait été infligée à Évode Pelletier pour avoir aidé sa conjointe dépressive à se tuer avec du cyanure.