NOUVELLES
07/01/2014 04:36 EST | Actualisé 08/03/2014 05:12 EST

Un ex-militaire de droite limogé se porte candidat pour gouverner Tokyo

Un ex-chef militaire limogé pour des propos malvenus sur le rôle du Japon pendant la Deuxième guerre mondiale s'est porté candidat mardi pour le poste de gouverneur de Tokyo, après la démission de Naoki Inose le mois dernier.

Sa candidature a immédiatement reçu le soutien du parlementaire nationaliste Shintaro Ishihara qui fut lui-même gouverneur de Tokyo de 1999 à 2012.

Toshio Tamogami, ex-gradé des forces aériennes d'autodéfense (nom de l'armée de l'air japonaise), a officiellement annoncé qu'il se présentait au scrutin prévu le 9 février.

"J'ai pris la décision (de concourir) parce que ce serait une bonne chose pour Tokyo que je devienne gouverneur", a déclaré l'ancien général de 65 ans lors d'une conférence de presse.

L'homme a évoqué l'expérience qu'il pourrait mettre à profit au cas où Tokyo serait victime d'un important séisme, catastrophe redoutée dans les prochaines décennies.

Ce militaire avait été congédié en 2008 pour avoir affirmé que le Japon n'avait pas été responsable de souffrances en Asie au cours de la Deuxième guerre mondiale mais avait au contraire été un rempart contre l'impérialisme occidental.

"J'espère sincèrement que les gens vont partager et comprendre le sens du devoir et le sentiment de crise derrière sa décision de se présenter", a pour sa part déclaré mardi M. Ishihara en reconnaissant que son favori se lance dans une difficile bataille.

MM. Tamogami et Ishihara partagent les mêmes avis sur des sujets qui font débat.

Bien qu'étant originaire de la préfecture de Fukushima en partie ravagée par un spectaculaire accident nucléaire après le tsunami du 11 mars 2011, M. Tamogami plaide tout comme M. Ishihara pour le redémarrage de réacteurs atomiques jugés sûrs, une position similaire à celle du Premier ministre de droite Shinzo Abe.

L'ancien militaire souhaite également que les jeunes Tokyoïtes soient éduqués de façon à faire naître en eux une confiance et une fierté à l'égard de leur pays, ce qu'a toujours voulu M. Ishihara.

Le poste de gouverneur de Tokyo est devenu vacant après la démission le 19 décembre dernier de Naoki Inose à cause d'un scandale concernant un prêt financier de 50 millions de yens (370.000 euros) qu'il aurait reçu fin 2012 alors qu'il était en pleine campagne électorale pour devenir gouverneur de Tokyo.

Durant son court mandat de 372 jours, M. Inose s'était fait connaître au-delà des frontières nippones via la candidature réussie de Tokyo aux JO de 2020.

Un juriste de 67 ans, Kenji Utsunomiya, qui avait été battu en 2012 par M. Inose, a lui-aussi indiqué mardi qu'il serait de nouveau candidat.

mis-kap/ros