NOUVELLES
07/01/2014 04:51 EST | Actualisé 09/03/2014 05:12 EDT

Soudan du Sud: les violences se poursuivent malgré la reprise des négociations

Les combats faisaient toujours rage mardi au Soudan du Sud malgré l'ouverture de négociations de paix devant mettre fin aux hostilités, selon les Nations unies.

Des Casques bleus de l'ONU ont rapporté des affrontements au sud de la ville de Bor, dans l'État pétrolier de Jonglei, tandis que le porte-parole des Nations unies Farhan Haq a déclaré que des déflagrations avaient été entendues dans le sud-est.

Les militaires ont patrouillé une route de Unity et constaté que plusieurs villages de cet État situés le long de la route entre Mayom et Pariang avaient été pillés ou brûlés. Les autorités locales ont rapporté d'importantes pénuries de vivres, d'eau et d'abris à la mission de l'ONU (Minuss), a affirmé M. Haq.

Bien que les Casques bleus effectuent des rondes de 24 heures à Juba, la capitale, la situation y demeure tendue, a-t-il ajouté.

La Minuss continue à offrir sa protection à quelque 62 000 civils à l'intérieur de ses enceintes, dont près de 30 000 Soudanais du Sud dans ses deux bases de Juba, a poursuivi M. Haq.

Les négociations entre les représentants du président du Soudan du Sud, Salva Kiir, et ceux de son ancien vice-président Riek Machar devaient reprendre mardi en Éthiopie.

Le Soudan du Sud est le théâtre d'affrontements sanglants depuis maintenant trois semaines. Le président Kiir accuse M. Machar d'avoir provoqué les violences en tentant un coup d'État le 15 décembre, ce que nie l'ex vice-président.

Par ailleurs, les tensions interculturelles et la lutte de pouvoir au sein du parti au pouvoir n'ont fait qu'escalader depuis le renvoi de M. Machar par le président Kiir, en juillet. Les rebelles appuient l'ancien vice-président, qui est désormais recherché par l'armée.