Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Newsweek: l'article controversé "lance un débat intéressant", estime son propriétaire

L'article de Newsweek sur le déclin supposé de la France, qui a déclenché une avalanche de réactions en raison notamment de ses nombreuses erreurs factuelles, lance "un débat intéressant", a jugé mardi le propriétaire - français - du magazine en ligne.

"Je ne veux pas commenter l'article, la direction n'intervient pas dans l'éditorial, mais il lance un débat intéressant pour la France", a déclaré à l'AFP Etienne Uzac, patron et co-fondateur d'IBT Media, le groupe de médias en ligne basé à New York qui a acquis la marque Newsweek en août dernier.

"On veut faire un magazine de très haut niveau éditorial, on construit petit à petit", a-t-il ajouté. "On est en train de mettre en place une grande équipe européenne, on fait un bon travail".

Un article paru le 3 janvier, écrit par Janine di Giovanni, une journaliste américaine qui vit en France, a déclenché de très vives réactions en France.

Il pointe notamment un "seuil maximal d'imposition à 75%", affirme qu'un demi-litre de lait coûte "3 euros à Paris" ou que les couches sont gratuites.

Intitulé "The Fall of France" ("La chute de la France") et disponible sur le site internet de Newsweek, cet article a fait naître de nombreux commentaires sarcastiques, dans un premier temps sur les réseaux sociaux, avant que deux personnalités politiques de premier plan ne réagissent à leur tour mardi.

La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a ainsi invité sur Twitter "tous les lecteurs de Newsweek à visiter la France telle qu'elle est", "loin des clichés".

Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici, directement mis en cause dans l'article controversé, a quant à lui dénoncé un "pamphlet" qui sera "un cas d'école en école de journalisme" et qui suscite "une certaine hilarité".

Newsweek a disparu des kiosques fin 2012 et il n'est disponible à l'heure actuelle qu'en version en ligne. Ses nouveaux propriétaires veulent relancer une édition papier dans les mois à venir.

bdx/jca

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.