NOUVELLES
07/01/2014 09:34 EST | Actualisé 09/03/2014 05:12 EDT

La princesse espagnole Cristina est soupçonnée de fraude et blanchiment d'argent

MADRID - La princesse espagnole Cristina a été convoquée par la justice de son pays mardi, dans le cadre d'une enquête pour évasion fiscale et blanchiment d'argent.

Cristina est la plus jeune des deux filles du roi Juan Carlos.

Le juge Jose Castro, du tribunal d'enquête de Palma de Mallorca, a ordonné à la femme de 48 ans de se présenter le 8 mars pour répondre à des questions concernant son partenariat avec son mari, Inaki Urdangarin, au sein de la firme Aizoon.

Urdangarin fait déjà l'objet d'une enquête pour avoir possiblement profité de sa position pour détourner vers d'autres entreprises, dont Aizoon, des millions de dollars en fonds publics destinés à l'Institut Noos, une fondation supposément sans but lucratif qu'il avait mise sur pied.

Une première assignation à témoigner émise contre la princesse l'an dernier avait ensuite été annulée. Le tribunal avoir toutefois prévenu, à ce moment, qu'une nouvelle assignation pourrait être publiée si nécessaire.

La princesse et son mari ne sont pour l'instant accusés d'aucun crime.

Le juge Castro a indiqué, mardi, que la comptabilité d'Aizoon est «opaque» et que la princesse n'a pas déclaré ses revenus tirés de l'entreprise. Il ajoute qu'elle semble avoir fait preuve d'un aveuglement volontaire en ce qui concerne les affaires de son mari.

Urdangarian est un ancien handballeur professionnel qui a déjà remporté une médaille olympique pour l'Espagne. La famille royale l'a exclu de toutes ses activités officielles en 2012 et l'a ensuite retiré du site Web royal.