NOUVELLES
07/01/2014 10:28 EST | Actualisé 09/03/2014 05:12 EDT

Haïti et la République Dominicaine discutent de questions migratoires

Des représentants des gouvernements haïtiens et dominicains ont officiellement renoué le dialogue mardi après plusieurs mois de tensions entre les deux voisins caribéens sur des différends migratoires et commerciaux.

Les représentants des deux Etats qui se partagent l'île d'Hispagnola ont engagé mardi des discussions dans la ville frontalière haïtienne de Ouanaminthe (nord d'Haïti) pour la première fois depuis l'adoption en septembre 2013 par la justice dominicaine d'une décision menaçant d'apatridie plus de 200.000 personnes d'origine haïtienne vivant en territoire dominicain.

Cette première rencontre consacrée en grande partie à la question migratoire s'est tenue grâce aux bons offices du Venezuela tandis que l'UE, l'ONU et l'organisation régionale, la CARICOM, ont joué le rôle d'observateurs.

"Tout en reconnaissant le droit souverain de la République Dominicaine de déterminer sa politique migratoire et les règles pour l'octroi de la nationalité, la partie haïtienne a sollicité la garantie que des mesures concrètes soient prises pour sauvegarder les droits fondamentaux des personnes d'origine haïtienne", lit-on dans un communiqué conjoint rendu public par Haïti.

En septembre dernier, la Cour constitutionnelle dominicaine a adopté une mesure prévoyant de déchoir de leur nationalité dominicaine plus de 200.000 personnes d'ascendences haïtiennes.

Cette décision a été condamnée par des instances régionales et internationales et provoqué une crise diplomatique entre les deux pays.

Mardi, à l'issue de la rencontre entre des délégations de haut niveau, les deux pays ont "réaffirmé leur volonté de régulariser la situation des travailleurs étrangers en République Dominicaine. Un visa devrait être octroyé aux travailleurs temporaires se trouvant sur le territoire dominicain".

"Les autorités haïtiennes se sont engagées à fournir les documents d'identification appropriés à ces travailleurs afin de compléter le processus", ajoute le texte.

Les deux gouvernements ont également convenu de renforcer les mesures d'échanges commerciaux sur la base de réciprocité pour permettre l'accès de produits sans délai aux deux marchés.

cre/bap