NOUVELLES
07/01/2014 07:36 EST | Actualisé 09/03/2014 05:12 EDT

Froid extrême: les vols reprennent à l'aéroport international de Toronto

TORONTO - Le froid extrême dans la région de Toronto, avec des températures ressenties dans les -40 degrés Celsius avec le facteur éolien durant la nuit, a causé une série de retards et d'annulations de vols à l'aéroport international Pearson.

L'aéroport avait interrompu toutes les arrivées nord-américaines en début de journée, mais le service a repris vers 10 h. Plusieurs départs de Pearson ont aussi été retardés, et environ 200 vols ont été annulés.

L'arrêt des activités avait été décidé en raison de l'impact du froid extrême sur l'équipement, et afin de réduire le temps passé par les employés à l'extérieur, a indiqué la porte-parole de l'Autorité aéroportuaire, Shereen Daghstani.

La manutention des bagages a aussi été affectée par l'arrêt des activités sur le tarmac.

Des policiers supplémentaires ont été appelés en renfort à l'aéroport vers 5 h 25 du matin lorsqu'un groupe d'environ 300 passagers s'est impatienté autour d'un carrousel à bagages. Les agents ont tenté de calmer les gens et de trouver réponses à leurs questions, a indiqué la Police régionale de Peel.

Les transporteurs incitaient les voyageurs à vérifier les horaires pour en savoir davantage sur d'éventuels retards ou annulations de vols en provenance ou en direction de Toronto.

Des avions attendaient en queue que les portes de terminaux ouvrent pour faire descendre leurs passagers, et de longues files d'attente ont aussi été signalées à l'intérieur des terminaux de l'aéroport.

Certains voyageurs aux comptoirs de WestJet ont dit avoir patienté plus de deux heures, et plusieurs appelaient le service à la clientèle sur leur téléphone cellulaire alors qu'ils se trouvaient dans la file d'attente.

Daniel Puhl, âgé de 21 ans, devait retourner à Fort McMurray, en Alberta, tard lundi, mais son vol a été retardé et éventuellement annulé en raison de la météo. Il est parvenu à s'enregistrer sur un nouveau vol pour 11 h 15, mardi, mais il disait avoir peu d'espoir de partir à temps.

«J'essaie de rester calme, je sais que la situation est hors de mon contrôle, et hors du contrôle des autorités, mais vous n'êtes pas payés pour un jour de travail manqué», a-t-il rappelé.

Connie Smith a dit avoir subi divers délais et raté des correspondances dans son trajet d'Edmonton jusqu'à son domicile à Terre-Neuve-et-Labrador. Elle et son mari ont été retenus dans la nuit à Toronto après l'annulation de leur vol de correspondance. Depuis ce temps, ils sont passés de longues files en longues files, a-t-elle soutenu mardi matin.

«C'est horrible, l'attente et les files. Cela devrait être mieux organisé», a-t-elle estimé, alors que son mari patientait pour le service à la clientèle.