NOUVELLES
06/01/2014 08:23 EST | Actualisé 08/03/2014 05:12 EST

L'hémorragie arrêtée

Le Canadien n'affrontait pas l'attaque la plus menaçante de la LNH, mais il y a à peine une semaine, c'était un défi trop grand pour l'unité défensive.

Un texte de Guillaume Lefrançois Twitter Courriel

Cette fois, le Canadien (25-14-5) a résisté et l'a emporté 2-1 sur les Panthers de la Floride (16-21-6) à Montréal, lundi.

Carey Price a bloqué 26 tirs pour signer la victoire, dont 16 dans la seule troisième période, au cours de laquelle le Tricolore a trop souvent été embouteillé dans son territoire. Une présence du plutôt lent Douglas Murray, en fin de match, contre le dangereux trio du jeune prodige de 18 ans Aleksander Barkov, aurait pu mal tourner.

Au final, seul Sean Bergenheim a battu Price, et c'était en première période, sur une séquence bien orchestrée par Barkov, justement.

« Les Panthers ont poussé fort en troisième, a rappelé Michel Therrien. On a parfois mal réagi. Mais Carey Price a été solide, a fermé la porte, comme un closer au baseball. Il n'était pas question que les Panthers en marquent un autre contre lui. »

Avec cette performance, le Tricolore met ainsi un terme à une vilaine séquence de quatre matchs au cours de laquelle l'équipe a accordé 17 buts, une séquence justement amorcée en Floride le 29 décembre dernier.

« On est revenus à la base, à notre style défensif. De mon côté, j'ai été plus solide, même si ça brassait plus à la fin », a dit Price.

Évidemment, on devine que les dirigeants d'Équipe Canada n'attendaient pas ce match pour décider s'ils amenaient Price à Sotchi. Au mieux, ils seront simplement réconfortés de le voir briller de telle façon à la veille de la grande annonce. Si, bien sûr, il fait partie de leurs plans, ce qui est vraisemblablement le cas.

Parlant d'Équipe Canada, le cas de P.K. Subban fait moins l'unanimité que celui de Price. Comme dernière performance avant l'annonce tant attendue, il a passé plus de 27 minutes sur la patinoire, tout en affichant un différentiel de +1.

Pacioretty, force offensive

Brian Gionta a inscrit le but gagnant au deuxième engagement. Le capitaine du Canadien a été bien alimenté par celui de l'équipe tchèque aux prochains Jeux olympiques, Tomas Plekanec. Ce dernier a intercepté une passe d'Ed Jovanovski derrière le filet de Tim Thomas pour parvenir à ses fins.

David Desharnais a inscrit les Montréalais à la marque de façon spectaculaire, en première période. Bien alimenté par Max Pacioretty en entrée de zone, le petit centre a d'abord raté son tir, mais s'est repris du vers pour déjouer un Tim Thomas déjà sur ses genoux.

« On a connu un excellent début de match en première et en deuxième, a estimé l'entraîneur-chef du Canadien, Michel Therrien. Deux buts ont été refusés encore une fois, on n'y peut rien, mais on a eu plusieurs chances de marquer et Thomas a fait les gros arrêts. Si ce n'était pas de lui, on aurait eu une plus grosse avance. »

Ce trio de Desharnais, Pacioretty et Brendan Gallagher a d'ailleurs embêté les Panthers toute la soirée. À lui seul, Pacioretty a tiré neuf fois sur Thomas, en plus d'envoyer une rondelle sur le poteau.

C'est d'ailleurs grâce à ce trio que le CH a été en mesure de briser une vilaine séquence. Avec 35 tirs, la formation montréalaise a franchi la barre des 30 tirs pour la première fois depuis le 10 décembre, soit une série de 11 matchs.

À noter

  • Le défenseur des Panthers Brian Campbell a joué 32 min 7 s. Le rouquin vient au 2e rang dans la LNH pour l'utilisation moyenne par match (27:43).
  • Nommé plus tôt dans la journée au sein de l'équipe nationale suisse en vue des Jeux de Sotchi, le défenseur du Canadien Raphael Diaz a été laissé de côté par Therrien pour un deuxième match de suite.