NOUVELLES
06/01/2014 02:24 EST | Actualisé 08/03/2014 05:12 EST

L'agent de la GRC ayant usé de marijuana médicinale est apte à subir un procès

FREDERICTON - Un agent de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) au Nouveau-Brunswick accusé de voies de fait sur deux policiers a été jugé apte à subir un procès, ont indiqué lundi la Couronne et la défense.

Le caporal Ron Francis, qui avait attiré l'attention après s'être plaint de ne pas pouvoir fumer de la marijuana médicinale en uniforme, a été libéré, lundi, après s'être plié à une évaluation psychiatrique.

Le bureau du ministère de la Sécurité publique à Fredericton a affirmé que lors de son arrestation le mois dernier, M. Francis a dû être maîtrisé par les policiers à l'aide d'un pistolet Taser.

Il n'a pas été question de l'évaluation psychiatrique en cour provinciale, lundi, mais la Couronne et la défense ont dit à l'extérieur de la salle d'audience que M. Francis avait été jugé apte à subir son procès pour voies de fait sur un policier et entrave à son arrestation.

Devant le tribunal, l'avocat de la défense T.J. Burke a demandé plus de temps pour réviser la preuve. Il a indiqué que son client plaidera non coupable, et l'affaire a été ajournée jusqu'au 4 février.

En novembre, M. Francis a remis sa tunique rouge sur les ordres de ses supérieurs, mais a accusé la GRC et le gouvernement fédéral de ne pas en faire assez pour soutenir les agents souffrant de troubles de stress post-traumatique.

La GRC a affirmé que ses agents s'étant fait prescrire de la marijuana thérapeutique ne devraient pas prendre leurs médicaments lorsqu'ils sont en uniforme, afin de ne pas transmettre un mauvais message à la population.