NOUVELLES
06/01/2014 04:40 EST | Actualisé 08/03/2014 05:12 EST

Dix ans de prison pour une Américaine qui rêvait de participer au jihad

PHILADELPHIE - Une femme de la Pennsylvanie qui se faisait appeler «Jihad Jane» sur Internet et qui a comploté pour tuer un artiste suédois a été condamnée à 10 ans de prison lundi, après avoir déclaré à la juge qu'elle avait déjà été obsédée par le jihad.

Colleen LaRose était passible de la prison à vie, mais la juge Petrese Tucker a accepté une requête du gouvernement visant à réduire sa peine, puisqu'elle a largement coopéré avec les enquêteurs.

Les procureurs ont tout de même réclamé une longue peine de prison, estimant qu'elle restait dangereuse.

La femme de 50 ans a déclaré à la juge qu'à une certaine période de sa vie, elle pensait au jihad du matin au soir, disant avoir été «en transe». Mais elle a affirmé que ce n'était plus le cas et qu'elle ne voulait plus participer au jihad.

Colleen LaRose a été condamnée à 10 ans de prison, plus cinq ans de liberté surveillée. Elle pourrait être libérée dans un peu plus de quatre ans, puisqu'elle est déjà détenue depuis quatre ans et qu'elle pourrait être libérée plus tôt que prévu pour bonne conduite.

Les procureurs ont affirmé que Mme LaRose était une femme «esseulée et isolée» qui a recherché l'excitation en se joignant au jihad international. Elle a été flattée de se faire confier la mission de tuer un «ennemi» de l'islam.

Selon les enquêteurs américains, elle a participé en 2009 à un complot visant à tuer l'artiste Lars Vilks pour sa série de dessins montrant le prophète Mahomet sous la forme d'un chien. Des extrémistes en Irak avaient offert une récompense de 100 000 $ US pour toute personne qui aurait tué M. Vilks, qui n'a finalement jamais été attaqué.

Le département américain de la Justice affirme que Colleen La Rose, ainsi qu'une autre Américaine, ont été recrutées sur des sites jihadistes par un homme vivant en Irlande, Ali Charaf Damache.

M. Damache a épousé l'autre femme, Jamie Paulin Ramirez, lors d'une cérémonie musulmane le jour de son arrivée en Irlande, un mois après avoir été recrutée sur Internet.

Colleen LaRose a quitté la cellule terroriste en Irlande après environ six semaines parce qu'elle était «de plus en plus frustrée que ses complices ne soient pas prêts à agir», a déclaré la procureur adjointe Jennifer Arbittier Williams lors de l'audience de lundi.

L'avocat Mark Wilson a toutefois affirmé que Mme LaRose avait fini par comprendre la «nature véritable et pacifique de l'islam», et qu'il n'y avait «virtuellement aucune chance qu'elle s'implique de nouveau dans le jihad violent».

La juge a déclaré qu'elle n'avait aucun doute que Mme LaRose, qui a harcelé Lars Vilks en ligne, l'aurait tué si elle en avait eu l'occasion.

«Le fait que par ennui, ou par volonté de sortir de la maison, elle ait pris un ordinateur et communiqué avec les gens avec qui elle a communiqué, et élaboré cette mission, est tout simplement incroyable», a affirmé la juge Tucker.

Colleen LaRose est revenue à Philadelphie en 2009 pour se rendre aux autorités, devenant l'une des rares femmes accusées d'activités terroristes aux États-Unis.

Jamie Paulin Ramirez, l'autre Américaine impliquée dans cette affaire, devrait être condamnée cette semaine à Philadelphie.