NOUVELLES
06/01/2014 11:57 EST | Actualisé 08/03/2014 05:12 EST

David Desharnais et Max Pacioretty sont tout feu, tout flamme pour le CH

MONTRÉAL - David Desharnais et Max Pacioretty ont assurément retrouvé leurs repères. Le trio qu'ils forment depuis quelques rencontres avec Brendan Gallagher a de nouveau été le plus menaçant du Canadien dans sa victoire face aux Panthers.

Ils ont lancé le Tricolore en inscrivant le premier but du match sur le tout premier lancer de l'équipe. Ce sixième but de la saison de Desharnais est son sixième point en quatre rencontres. L'aide que Pacioretty a récoltée se veut quant à elle son septième point au cours de la même séquence. Si Gallagher a moins noirci la feuille de pointage, il a tout de même récolté un troisième point en trois matchs, lui qui venait de connaître un petit passage à vide.

Les trois attaquants ont obtenu 14 des 35 lancers de l'équipe, et Pacioretty a touché le poteau au cours d'un avantage numérique en première.

«Ils ont été constamment sur le porteur de la rondelle et ont obtenu plusieurs bonnes chances de marquer, a louangé Michel Therrien après la rencontre. Ils ont été une menace constante tout au long de la soirée.»

Ce trio fait penser à celui que composaient Desharnais et Pacioretty en compagnie d'Erik Cole, il y a deux ans. Pacioretty, Cole et Desharnais avaient alors terminé en tête des pointeurs de l'équipe, avec 65, 61 et 60 points respectivement. Pacioretty avait alors inscrit 33 buts, un sommet personnel. S'il conserve le même rythme — celui qui représentera les États-Unis aux JO de Sotchi a 19 buts en 35 matchs — il surpassera cette marque cette saison.

«C'est certain que quand on regarde sa production, ça ressemble beaucoup à ce qu'il a fait il y a deux ans», a noté Desharnais, sans vouloir prendre quelque crédit que ce soit.

La tête ailleurs

La victoire en banque, certains joueurs du Canadien auront maintenant la tête ailleurs. Si Pacioretty, Raphael Diaz et Tomas Plekanec savent déjà qu'ils participeront aux Jeux de Sotchi, P.K. Subban, Carey Price et Andrei Markov devront patienter jusqu'à mardi avant de savoir s'ils s'envoleront pour la Russie.

Price a voulu détourner la question quand on lui a demandé s'il aurait du mal à dormir.

«J'ai toujours du mal à dormir après une rencontre, a-t-il dit. J'ai toutefois bien hâte au dévoilement de la formation. Juste de savoir quelle est la formation va faire en sorte que tout le monde sera un peu plus calme.»

Il n'a pas tari d'éloges à l'endroit de son coéquipier Plekanec, qui a été nommé capitaine de la formation tchèque, malgré la présence des Patrick Elias et Jaromir Jagr.

«J'espère qu'il parle davantage en tchèque qu'en anglais, a d'abord blagué le gardien. Sérieusement, c'est un meneur au sein de notre équipe. Je ne suis pas surpris qu'il soit perçu comme tel au sein de l'équipe tchèque. Il mènera par l'exemple. Il est bon dans les deux sens de la patinoire et il ne manque pas de leadership.»

«On m'a a parlé au cours des dernières semaines, que c'était une possibilité, a pour sa part commenté Plekanec. On me l'a confirmé il y a quelques jours. C'est certain que c'est un très grand honneur et j'en suis très heureux. Mais ce n'est qu'une lettre sur un chandail. Nous devrons tous jouer comme des capitaines là-bas si on veut connaître du succès.»

«Ça en dit beaucoup au sujet de Plekanec, a indiqué Therrien. Quand on parle d'un vrai pro, c'en est un par son éthique de travail, par sa compréhension du jeu et de par la façon dont il se comporte, autant sur la patinoire qu'à l'extérieur. Je suis très content pour lui.»