Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Un leader d'Al-Qaïda meurt en détention au Liban

Le leader d'un groupe lié à Al-Qaïda qui a mené des attaques au Moyen-Orient avant de se concentrer sur la guerre civile en Syrie est mort samedi alors qu'il se trouvait en détention au Liban, a confirmé l'armée.

Dans une courte déclaration, l'armée libanaise a précisé que Majid Al-Majid était mort samedi matin, alors qu'il recevait des soins à l'hôpital militaire.

Un peu plus tôt, un général de l'armée libanaise avait affirmé à l'Associated Press sous le couvert de l'anonymat que Majid Al-Majid était mort des suites d'une insuffisance rénale.

Le Saoudien était détenu au Liban depuis la fin du mois de décembre. L'endroit où il se trouvait avait été gardé secret.

Il était le leader présumé des Brigades Abdallah Azzam, un groupe militant sunnite qui entretenait des liens avec le réseau terroriste Al-Qaïda, et l'une des 85 personnes les plus recherchées dans son pays natal, l'Arabie saoudite.

Le groupe a revendiqué plusieurs attentats dans la région, le plus récent étant le double attentat-suicide qui avait fait au moins 23 morts et de nombreux blessés devant l'ambassade d'Iran à Beyrouth au mois de novembre.

Les informations concernant sa capture au Liban ont commencé à circuler en début de semaine. Les responsables sécuritaires du pays avaient éventuellement confirmé qu'ils détenaient une personne, mais que son identité n'avait pas été déterminée.

Les Libanais ont confirmé son identité vendredi après avoir procédé à un test d'ADN.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.