Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Décès d'un Saoudien, jihadiste présumé arrêté au Liban (source judiciaire)

Un Saoudien soupçonné d'être lié à Al-Qaïda et emprisonné au Liban est mort des suites d'une défaillance rénale, a indiqué une source judiciaire à l'AFP samedi.

"Maged al-Maged, qui souffrait d'une maladie rénale et se trouvait en mauvaise santé, est décédé", a indiqué cette source sous le couvert de l'anonymat.

Il est soupçonné d'avoir été le chef des Brigades Abdallah Azzam, groupe jihadiste lié à Al-Qaïda qui avait notamment revendiqué un attentat devant l'ambassade d'Iran à Beyrouth en novembre, qui avait fait 25 morts.

Le ministre libanais de la Défense avait annoncé l'arrestation de M. Maged le 1er janvier.

Les Brigades Abdallah Azzam est un groupe jihadiste créé en 2009 qui figure sur la liste américaine des "organisations terroristes". Il avait revendiqué dans le passé des tirs de roquettes sur le nord d'Israël à partir du Liban. D'après le département d'Etat, ce groupe opère à la fois au Liban et dans la Péninsule arabique.

L'Arabie saoudite avait salué son arrestation.

En 2009, la justice libanaise avait condamné par contumace Maged al-Maged, né en 1973, à la prison à vie pour appartenance au groupe armé Fatah al-Islam.

str-ser/cnp/feb

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.