Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le verglas fait des dégâts dans les érablières

La tempête de verglas qui a causé bien des maux de tête aux résidents de l'Estrie et de la Montérégie a aussi fait des dégâts dans les érablières de la région.

L'acériculteur Jean-Pierre Charuest a constaté lundi matin l'ampleur des dommages dans son érablière, l'érablière des Sittelles à Compton. Il a trouvé des arbres cassés, des lignes électriques abîmées et des tuyaux à remplacer.

Ses érables semblent pour la plupart intacts, mais les autres essences d'arbres n'ont pas tenu le coup. Un grand nettoyage sera nécessaire, mais Jean-Pierre Charuest garde le moral. « Ç'aurait pu être pire. »

Son voisin a eu moins de chance; environ 20 % des têtes de ses érables ont été cassées par la tempête.

« Ce qui va arriver », explique l'acériculteur, « c'est que l'été prochain, il va y avoir de grosses trouées de lumière dans le boisé là où les têtes des érables ont cassé. Ça va partir à pousser et ça va être n'importe quoi. »

Les préparatifs pour le début de la saison des sucres vont commencer exceptionnellement en janvier, plutôt qu'à la mi-février.

Impacts chez les agriculteurs

André Couture est copropriétaire de la Ferme Coubert. Ses vaches n'ont manqué de rien malgré la panne d'électricité de six jours, mais la production laitière a quand même été ralentie.

« Au lieu de prendre deux heures et demie, trois heures la traite », rapporte l'agriculteur, « ça nous a pris huit heures par traite, donc on a travaillé seize heures par jour. »

Avec le ralentissement de la production et les dépenses imprévues, André Couture estime avoir perdu 20 000 $. Il est soulagé qu'aujourd'hui sa ferme ait retrouvé son plein potentiel.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.