Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Trois morts dans des échanges de tirs dans le sud du Yémen

Deux policiers et un civils ont été tués lundi dans des échanges de tirs à Daleh, dans le sud du Yémen, ont annoncé des sources au sein des services de sécurité et des témoins.

Les accrochages se sont produits lorsque des activistes sudistes ont tenté d'entrer de force à l'intérieur du siège de la province de Daleh pour y hisser le drapeau de l'ancien Yémen du Sud, qui était un Etat indépendant avant 1990.

Quatre policiers et onze civils, dont quatre armés, ont été également blessés dans ces tirs.

En outre, des sources militaires ont fait état d'accrochages entre des soldats et des membres armés d'une tribu à l'est de Moukalla, chef-lieu de la province de Hadramout (sud-est).

Les hommes armés ont attaqué des positions tenues par les soldats près des installations pétrolières de la région de Ghail Bayamine.

L'un des chefs de la tribu impliquée dans ces violences, Ahmad Bamaiche, a affirmé à l'AFP que ses hommes voulaient supplanter les soldats. "Ils ont le droit de protéger contre rémunération ces installations qui se trouvent dans leur région", a-t-il expliqué.

Le sud du Yémen est secoué par des violences depuis plusieurs jours, avec un regain des revendications autonomistes sudistes et des protestations de tribus à la suite de la mort de l'un des leurs début décembre dans un accrochage avec l'armée.

faw/mh/fcc

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.