Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Tirs de soldats tchadiens contre des manifestants en RCA: Paris garde "toute confiance" en N'djamena

La France "espère" que la lumière sera faite sur l'usage de la force par des soldats tchadiens de la Force africaine en Centrafrique contre des manifestants à Bangui et garde "toute confiance" dans le président tchadien Idriss Déby, a indiqué lundi le ministère des Affaires étrangères.

Des soldats tchadiens de la force de l'Union africaine en Centrafrique (Misca) ont tué lundi à Bangui un manifestant et blessé un autre près de l'aéroport, qui demandaient le départ du président de transition Michel Djotodia et des soldats tchadiens.

"La France espère que la lumière sera faite sur les conditions d'usage de la force contre les manifestants", a déclaré le porte-parole adjoint du Quai d'Orsay Vincent Floréani, interrogé lors d'un point-presse.

Qualifiant le président tchadien Idriss Déby, de "partenaire essentiel", le porte-parole a ajouté: "Il a toute la confiance de la France". Le contingent tchadien au sein de la Misca (3.700 soldats au total pour l'instant) est passé la semaine dernière à 850 hommes.

La France a renouvelé lundi "son soutien total à la Misca qu'elle sait résolue à s'acquitter de son mandat de protection des populations civiles, avec l'appui de la force française Sangaris".

"Le président Idriss Déby du Tchad, en sa qualité de président en exercice de la CEEAC (Communauté économique des Etats d'Afrique centrale), a joué un rôle central dans la définition du cadre de la transition politique en RCA", a souligné M. Floréani.

Certains manifestants lundi portaient des pancartes sur lesquelles étaient inscrits les slogans: "Oui à l'opération Sangaris (de l'armée française), non à l'armée tchadienne". De nombreux Centrafricains accusent les Tchadiens de la Misca de complicité avec l'ex-Séléka. Des ressortissants tchadiens ont été la cible ces dernières semaines des attaques des milices d'autodéfense chrétiennes "anti-balaka" et de la population. Dimanche, N'Djamena a annoncé le rapatriement de ses ressortissants en Centrafrique.

cr/prh/ml

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.