Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Syrie : le régime poursuit le bombardement d'Alep

L'aviation syrienne continue de bombarder la ville d'Alep pour la neuvième journée consécutive. Selon le correspondant de la chaîne Al-Jazira, au moins 45 personnes ont été tuées lundi.

Ces victimes s'ajoutent aux 94 enregistrées dimanche, toujours selon Al-Jazira.

Le régime a bombardé les quartiers de Hananou, Al-Haydaria et Baïdine avec des barils d'explosifs.

Selon la chaîne qatarie, les bombardements ont visé des quartiers résidentiels et une école primaire.

De son côté, l'organisation Human Rights Watch (HRW) a indiqué que les barils d'explosifs ont touché des zones résidentielles ou commerciales. Selon l'ONG, il s'agit de bombardements illégaux.

« Soit l'armée de l'air syrienne est criminellement incompétente, soit elle ne se soucie pas de tuer des dizaines de civils, soit elle vise délibérément des secteurs civils », a écrit Ole Solvang, chercheur associé à HRW dans un rapport publié en fin de semaine.

L'opposition pose une condition

La Coalition nationale syrienne (CNS), qui regroupe une partie de l'opposition, a indiqué lundi qu'elle ne se rendrait pas à la conférence de paix dite de Genève 2 si le régime poursuivait ses bombardements sur Alep.

Selon un communiqué signé par le secrétaire général de la coalition, Badr Jamous, la coalition prendra une décision pour sa participation à Genève 2 lors d'une réunion le 4 janvier.

Auparavant, la coalition avait annoncé qu'elle prendrait sa décision le 27 décembre.

Par ailleurs, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a annoncé lundi que les invitations pour la conférence seraient lancées avant la fin de l'année. En outre, il a plaidé une nouvelle fois pour que l'Iran participe à cette rencontre.

« La liste des invités est presque complète, j'espère que la question de la participation de l'Iran sera résolue bientôt », a-t-il déclaré.

Washington s'oppose à la participation de Téhéran à la conférence qui doit s'ouvrir le 22 janvier à Montreux, en Suisse.

Mais pour M. Ban, « l'Iran peut jouer un rôle important, c'est une puissance régionale très importante, logiquement et d'un point de vue réaliste ils [les Iraniens] devraient participer à cette réunion ».

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.