Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Négociations: les Palestiniens insistent sur l'échéance du 29 avril

Les dirigeants palestiniens excluent toute prolongation des pourparlers de paix avec Israël au-delà des neuf mois impartis, qui s'achèvent le 29 avril, a déclaré lundi le négociateur en chef palestinien Saëb Erakat.

"Nous refusons toute prolongation" des négociations relancées fin juillet sous l'égide des Etats-Unis, a déclaré M. Erakat à la radio officielle Voix de la Palestine, estimant que ses récents propos à ce sujet avaient été mal interprétés.

"J'ai dit que si nous parvenions à un accord sur toutes les questions de statut final, nous pourrions continuer à discuter les détails", a-t-il ajouté.

Le 18 décembre, le négociateur palestinien avait évoqué la possibilité de poursuivre les discussions pendant six mois à un an pour rédiger un traité de paix si les deux parties parvenaient avant le 29 avril à une "ossature" d'accord sur les principales questions.

Une porte-parole du département d'Etat américain, Jennifer Psaki, a "salué" vendredi cette déclaration, tout en affirmant que le calendrier n'avait pas changé.

Lors d'une réunion arabe samedi au Caire, le président palestinien Mahmoud Abbas a "insisté sur son refus de toute solution partielle et provisoire et sur le fait que la solution devait régler toutes les questions de statut final, dans un délai de neuf mois, qui ne peut être étendu", avait expliqué M. Erakat à l'AFP.

Au cours de cette réunion d'urgence, la Ligue arabe a "apporté son entier soutien à la position palestinienne", s'est félicité lundi le négociateur palestinien, interviewé par téléphone depuis le Qatar, a précisé la radio palestinienne.

Le négociateur palestinien démissionnaire Mohammad Chtayyeh a estimé jeudi soir que les négociations "ne mèneraient nulle part".

"Les Israéliens veulent substituer à une occupation par la force une occupation sur invitation, avec notre signature. Cela n'arrivera jamais", a-t-il lancé, appelant à intensifier les pressions internationales sur Israël.

Les négociateurs palestiniens ont prévenu à maintes reprises qu'il leur deviendrait impossible de poursuivre les pourparlers sans une diminution du nombre de personnes tuées et de maisons démolies par l'armée israélienne, ainsi que des constructions dans les colonies.

bur-sst/fcc

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.