Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Nadejda Tolokonnikova, la deuxième membre des Pussy Riot, est remise en liberté

A picture taken on April 26, 2013, shows one of the jailed members of the all-girl punk band 'Pussy Riot,' Nadezhda Tolokonnikova, standing in the defendant's cage in a court in the town of Zubova Polyana, in the Republic of Mordovia.  Nadezhda Tolokonnikova declared today a hunger strike to protest what she described as conditions of slave labour and threats of death at her Russian prison camp. AFP PHOTO / MAKSIM BLINOV        (Photo credit should read MAKSIM BLINOV/AFP/Getty Images)
A picture taken on April 26, 2013, shows one of the jailed members of the all-girl punk band 'Pussy Riot,' Nadezhda Tolokonnikova, standing in the defendant's cage in a court in the town of Zubova Polyana, in the Republic of Mordovia. Nadezhda Tolokonnikova declared today a hunger strike to protest what she described as conditions of slave labour and threats of death at her Russian prison camp. AFP PHOTO / MAKSIM BLINOV (Photo credit should read MAKSIM BLINOV/AFP/Getty Images)

La deuxième jeune femme du groupe contestataire russe Pussy Riot, Nadejda Tolokonnikova, détenue à Krasnoïarsk (Sibérie orientale) a été libérée lundi après avoir été amnistiée, selon le compte Twitter tenu par son mari Piotr Verzilov.

«Nadia est en liberté», annonce le compte du groupe Voïna, qui publie une photo de la jeune femme entourée de journalistes.

Mme Tolokonnikova, 24 ans, a quitté en fin de journée l'hôpital pénitentiaire où elle purgeait sa peine et a été accueillie notamment par son mari.

L'autre membre emprisonnée du groupe, Maria Alekhina, 25 ans, avait été libérée quelques heures plus tôt lundi.

Les deux jeunes femmes purgeaient une peine de deux ans de camp notamment pour «hooliganisme», après avoir chanté en février 2012 une «prière punk» contre le président Vladimir Poutine dans la cathédrale du Christ Sauveur à Moscou.

Alors que leur peine devait prendre fin en mars 2014, les deux jeunes femmes, toutes deux mères d'un enfant en bas-âge, ont été amnistiées la semaine dernière en vertu d'une loi approuvée par le Parlement russe à l'occasion des vingt ans de la Constitution russe.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le procès des Pussy Riot

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.