Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le pape François célèbre mardi soir et mercredi son premier Noël au Vatican

Le pape François célèbre mardi soir et mercredi au Vatican son premier Noël, fête de la paix dans la tradition chrétienne, sur fond de guerres et violences au Moyen-Orient et en Afrique.

Une affluence des grands jours est prévue sur la place Saint-Pierre, pour ce premier Noël de Jorge Mario Bergoglio au Saint-Siège, neuf mois et demi après son élection, qui sera retransmis sur de nombreuses chaînes de télévision du monde entier.

La curiosité qui entoure le pape argentin devrait contribuer à une affluence importante, en plus du traditionnel pèlerinage de fidèles pour cette grande fête du calendrier catholique.

Si le programme officiel n'annonce aucun changement sensible, ce pape imprévisible et désireux de contacts directs avec les gens, particulièrement les plus déshérités, peut réserver des surprises.

Dans la soirée de mardi, une crèche napolitaine sera inaugurée au milieu de la place, près du sapin bavarois qui y est installé depuis quinze jours. A la fin de la petite fête agrémentée de cantiques, François devrait allumer une "bougie de la paix" depuis une fenêtre du palais pontifical.

La grande messe solennelle dite de "minuit", qui célèbre la naissance de Jésus dans la crèche de Bethléem, finira en fait une heure avant minuit, vers 22H00 GMT après avoir débuté une heure et demie plus tôt.

Le pape François, qui n'aime pas les cérémonies trop longues, l'a aussi avancée d'une demi-heure par rapport à son prédécesseur Benoît XVI.

Puis le lendemain, ce sera la traditionnelle bénédiction "Urbi et Orbi" ("à la ville et au monde") à 11H00 GMT depuis la loggia centrale de la basilique, là même où, le 13 mars dernier, il est apparu pour la première fois à la foule après son élection.

Cette bénédiction est l'occasion pour le chef de l'Eglise catholique de lancer des appels pour différentes catégories de personnes victimes de guerres, de violences, d'exploitation et de pauvreté. La guerre en Syrie, les violences en Centrafrique et au Soudan du Sud, mais aussi les méfaits de la crise sociale et économique, ne devraient pas être passés sous silence.

Dans un tweet lundi, François a donné le ton qu'il veut imprimer aux célébrations: "Noël est une fête souvent bruyante: cela nous fera du bien de rester un peu en silence, pour écouter la voix de l'Amour".

Dans une récente interview au quotidien La Stampa, il déclarait aussi que, dans la tradition chrétienne, "Noël n'est pas la dénonciation de l'injustice sociale, de la pauvreté, mais une annonce de joie".

jlv/fka/via

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.