Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'armée irakienne annonce avoir détruit des camps "d'Al-Qaïda" dans l'ouest

L'armée irakienne a attaqué des camps appartenant à un groupe extrémiste lié à Al-Qaïda dans la province d'Anbar (ouest) et en a détruit deux, a annoncé lundi le porte-parole du ministère de la Défense, Mohammed al-Askari.

Après avoir localisé ces camps par avion, l'armée a mené "avec succès des frappes (...) qui ont provoqué la destruction de deux camps dans le désert d'Anbar", a annoncé M. Askari dans un courriel.

Les photographies aériennes et d'autres informations laissaient penser que les extrémistes de la province d'Anbar et de celle de Ninive avaient reçu des armes et des équipements militaires modernes en provenance de Syrie, a-t-il expliqué.

Cela a encouragé les militants liés à Al-Qaïda de "réactiver certains de leurs camps, qui avaient été éliminés par les forces de sécurité en 2008 et 2009", a ajouté M. Askari, précisant que des photo aériennes avaient révélé l'existence de 11 camps près de la frontière syrienne.

Samedi, cinq officiers, dont un commandant de division, et 10 soldats avaient été tués dans une opération manquée contre des extrémistes dans la province d'Anbar, où vivent essentiellement des sunnites.

"Les photographies et les informations tirées du renseignement montrent que chaque fois que les groupes armés sont sous pression en Syrie, ils se retirent en Irak (...) pour se regrouper et mener des opérations terroristes dans les deux pays", a affirmé M. Askari.

L'Irak a renoué en 2013 avec des niveaux de violence équivalents à ceux de 2008, quand le pays sortait à peine d'un conflit confessionnel dévastateur.

Plus de de 6.650 personnes ont été tuées depuis le début de l'année, selon un décompte établi par l'AFP à partir des bilans fournis par des sources médicales et de sécurité.

wd/fcc/vl

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.