Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Centrafrique: les anti-balaka exigent le départ des soldats tchadiens

Un porte-parole des milices chrétiennes "anti-balaka" a exigé lundi le "retrait immédiat" de Centrafrique des troupes tchadiennes de la force africaine dans ce pays (Misca), dans une courte déclaration à l'AFP.

"Nous exigeons le retrait immédiat et sans condition des troupes tchadiennes de la Misca", a déclaré Sylvestre Yagouzou, qui s'est présenté comme un porte-parole des "anti-balaka" à Bangui.

Lundi matin, des soldats du contingent tchadien de la Misca ont ouvert le feu sur des manifestants près de l'aéroport de la capitale, tuant l'un d'eux et en blessant plusieurs.

M. Yagouzou a exigé "l'arrêt immédiat des exactions, enlèvements, détentions et exécutions sommaires" contre les populations civiles par les éléments de l'ex-rébellion Séléka, et le "départ sans délai des mercenaires tchadiens et soudanais" combattant au sein de l'ancien mouvement rebelle.

Les milices "anti-balaka" (anti-machette, en lange locale sango), soutenues par une grande partie de la population chrétienne de la capitale, sont en lutte contre les ex-Séléka musulmans. Les "anti-balaka" ont commis de nombreuses atrocités contre les civils musulmans, qu'ils associent à l'ancienne rébellion.

Mélangés à la population, souvent vêtus en civil et disposant d'un armement très sommaire, les "anti-balaka" sont très peu structurés, sans commandement ou hiérarchie connue.

Les habitants de Bangui, ville très majoritairement chrétienne, accusent régulièrement les Tchadiens de la Misca de complicité avec l'ex-Séléka.

Le porte-parole des anti-balaka a demandé le cantonnement des ex-Séléka. Il a assuré que les anti-balaka étaient d'accord pour être désarmés et cantonnés par les forces centrafricaines, auxquelles ils souhaitent être réinsérés.

Il a par ailleurs demandé "le rétablissement, le réarmement sans condition des éléments des Forces de défense et de sécurité (Faca, ex-armée nationale), le "retour immédiat des exilés" centrafricains, et la "libération immédiate et sans conditions de tous militaires et civils détenus illégalement qui sont torturés et exécutés tous les jours".

xbs-hba/cl/jpc

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.