Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

USA: le FMI plus optimiste pour la croissance en 2014 (Lagarde)

Le Fonds monétaire international (FMI) est plus optimiste pour la croissance en 2014 des Etats-Unis, où a été adopté cette semaine un budget pour deux ans, a indiqué dimanche sa directrice générale Christine Lagarde.

Mme Lagarde a évoqué "une perspective plus solide pour 2014 qui nous amène à relever notre prévision" de croissance pour les Etats-Unis, dans une interview diffusée dans l'émission "Meet the Press" de la chaîne de télévision NBC.

La directrice générale n'a pas donné de chiffre, mais dans ses prévisions de croissance mondiale début octobre, le FMI disait s'attendre à 2,6% pour les Etats-Unis l'an prochain, après 1,6% cette année.

Mme Lagarde a justifié le regain d'optimisme sur l'économie américaine par de "bons chiffres" sur l'économie américaine, citant notamment le chômage, mais aussi de "bons signes" en provenance du Congrès et de la banque centrale.

Elle a salué la "très bonne communication" de la réserve fédérale sur la réduction de ses aides à l'économie, ainsi que "de bonnes actions du Congrès pour éliminer l'inquiétude sur le budget et réduire les coupes automatiques".

Le Sénat américain a adopté mercredi un budget pour les deux années à venir, un signal de plus grande stabilité après plusieurs crises budgétaire dont l'une en octobre avait temporairement paralysé une partie des administrations fédérales.

Le texte fixe le cadre des dépenses pour 2014 et 2015 tout en annulant les coupes automatiques qui devaient entrer en vigueur le 1er janvier.

"L'accord qui a été trouvé sur le budget est un très bon signe de responsabilité", a souligné Mme Lagarde.

"J'espère qu'en février (prochaine échéance pour le plafond de la dette NDLR) le Congrès sera tout aussi responsable et ne menacera pas la reprise avec un autre débat pour savoir si oui ou non les Etats-Unis vont honorer ou faire défaut" sur leur dette, a-t-elle ajouté.

Interrogée par ailleurs sur sa carrière en France, Mme Lagarde a réaffirmé qu'elle "ne pensait pas à la présidence": "Je pense au travail que je fait en ce moment". Elle n'a toutefois pas totalement exclu d'accéder plus tard à de hautes fonctions. "L'avenir nous le dira", a-t-elle dit au journaliste de NBC.

soe/mdm

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.