Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Un tribunal américain réclame deux négociateurs de la guérilla des Farc

Un tribunal américain a réclamé à la Colombie l'extradition de deux délégués de la guérilla des Farc actuellement à Cuba dans le cadre de négociations de paix, rapporte la presse locale, citant une source judiciaire.

Ces représentants des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) sont recherchés pour trafic d'armes et de drogue par un tribunal de Norkfold en Virginie, selon un document du parquet colombie, mentionné par le quotidien El Tiempo de Bogota.

Les deux hommes, Omar Retrepo et Adan Jimenez, opéraient au sein d'une unité régionale de la rébellion marxiste dans le nord du pays, avant de rejoindre l'équipe de négociateurs des Farc pour participer aux pourparlers de paix, délocalisés à La Havane.

La demande a toutefois peu de chance d'aboutir car le gouvernement colombien a suspendu les ordres d'arrêts à l'encontre des membres des Farc présents aux négociations à La Havane.

Durant la durée des discussions, qui ont démarré en novembre 2012, les rebelles, qui font pour la plupart d'jà l'objet de multiples condamnations, ne peuvent être interpellés.

Les négociations de paix abordent actuellement la question du trafic de drogue, notamment de cocaïne, dont la Colombie est l'un des premiers producteurs mondiaux. Les Farc, issus d'une insurrection paysanne, proposent de décriminaliser la culture de la coca, la plante servant à fabriquer la cocaïne, ou d'implanter des cultures de substitution.

Fondée en 1964, la principale guérilla de Colombie et la plus ancienne d'Amérique latine, compte encore près de 8.000 combattants selon les autorités. En près d'un demi-siècle, le conflit armé a fait plusieurs centaines de milliers de morts.

an/pz/abl

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.