Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Nouvelle manifestation en Thaïlande contre la première ministre

Des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés en plusieurs endroits de la capitale thaïlandaise Bangkok dimanche pour demander la démission de la première ministre Yingluck Shinawatra avant les élections anticipées de février.

Le Parti démocrate thaïlandais, principale formation de l'opposition, a annoncé samedi qu'il boycotterait les législatives anticipées du 2 février, afin de ne pas légitimer l'exercice du pouvoir par la première ministre.

Les manifestants ne veulent pas entendre parler d'élections avant la mise en oeuvre de réformes pour réduire le pouvoir de la famille Shinawatra.

Au son des sifflets et aux cris de « Yingluck, dehors », les manifestants se sont répartis à travers Bangkok. Dans plusieurs endroits, ils ont paralysé la circulation automobile.

Plusieurs centaines de personnes ont également manifesté devant le domicile de Yingluck Shinawatra et ont demandé son départ. Ils l'accusent d'être sous l'emprise de son frère, l'ancien premier ministre Thaksin Shinawatra, lui-même en exil.

La première ministre, qui expédie désormais les affaires courantes, n'est pas à Bangkok. Elle se trouve en visite dans le nord-est, place forte de son parti, le Pheu Thai.

Le chef de file des manifestants, Suthep Thaugsuban, ancienne figure du Parti démocrate, a réclamé la suspension des institutions démocratiques au profit de la mise en place d'un « conseil populaire ».

« Je ne sais pas ce que Yingluck pense, mais je sais avec certitude désormais que tous les fonctionnaires, l'armée et la police ont compris que la totalité du peuple thaïlandais était en train de se soulever contre le gouvernement », a déclaré Suthep Thaugsuban à Blue Sky, une chaîne de télévision par câble opposée au gouvernement.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.